Cours en salle

L'Institut d'Etudes Bouddhiques
(Université Bouddhique Européenne)
propose différents cours accessibles "en salle", à Paris

 

les inscriptions aux cycles de cours de l'année 2014-2015 débuteront le 8 septembre 2014
 

Les cours proposés par l'IEB sont répartis en différents cycles :
 

Introduction générale

Dans ce cycle de cours, l'Institut développe un programme d'Introduction générale et synthétique à l'histoire du bouddhisme, de sa doctrine, de ses pratiques et des différentes écoles qui se sont développées au fil des siècles. Ces cours sont donc accessibles à tous, sans formation ni connaissances spécifiques préalables.
=> plus de détails
 

Approches thématiques

Ces cours proposent, chaque année, d'aborder une ou plusieurs thématiques et de les étudier dans les différents courants et écoles du bouddhisme. Ils supposent une connaissance préalable du bouddhisme en général et de son histoire, telle qu'elle est délivrée, notamment, dans les cours d'Introduction générale.
=> plus de détails
 

Ateliers

Ces "Ateliers" proposent d'aborder un thème, une oeuvre, une notion, etc. de manière interactive, par l'étude de documents et la réflexion personnelle, sous la direction d'un enseignant ou d'un collaborateur de l'IEB. Proposés sous forme de cycles, ils peuvent se dérouler sur quelques semaines ou l'année universitaire entière, d'octobre à juin, accessibles à un public désireux d'en connaître davantage...
=> plus de détails
 

Conférences exceptionnelles

Des "Conférences exceptionnelles" peuvent être organisées, hors programme, en fonction de la disponibilité de certains intervenants, spécialistes reconnus dans leur domaine, que l'IEB peut avoir la chance d'accueillir.
=> plus de détails
 

Journées thématiques

Des "Journées"... pour découvrir le bouddhisme, conçues pour des "grands débutants"... ou approfondir une notion-clé, accessibles à un public déjà connaisseur !
=> plus de détails
 

Soirées

L'IEB propose à ses adhérents des "Soirées", accessibles à tout public ! Soirées de rencontre et de découverte autour d'une personnalité, d'un livre, de documents visuels... Même si certaines personnalités invitées seront parfois amenés à présenter leur expérience ou leur travail lors d'un court exposé d'introduction, ces soirées privilégieront avant tout l'échange et les questions-réponses !
=> plus de détails
 

Voyage culturel

L'IEB propose aussi à ses adhérents un Voyage culturel, pour découvrir les hauts lieux du bouddhisme en Asie. La destination change chaque année...
=> plus de détails

 

Introduction générale

Présentation du cours

Bhikkhu_etudiant.JPG
Centre d'étude et d'enseignement indépendant, l'Institut d'Etudes Bouddhiques (anciennement "Université Bouddhique Européenne") propose, depuis 1999, un cycle de cours unique dans son approche.
Celui-ci tient compte tant de l'enseignement traditionnel que des recherches scientifiques, les enseignants étant à la fois des universitaires et des pratiquants (chacun d'eux se rattachant à l'une des principales écoles bouddhistes présentes en Europe).
Ce double point de vue permet d'aborder le bouddhisme aussi bien dans sa dimension spirituelle et universelle, qu'historique et sociologique, et donc de mieux comprendre la formation et l'expression des doctrines de chaque école, en fonction de leur contexte.
Rigoureux, structuré et riche d'informations généralement peu accessibles dans les ouvrages en français disponibles au grand public, le cours d'Introduction au Bouddhisme n'en reste pas moins abordable, même sans connaissance préalable.

Ce cours comporte trois cycles de séances de trois heures.

Le 1er cycle, comportant 10 séances, est plus particulièrement consacré à une approche synthétique des notions fondamentales et des principales pratiques du bouddhisme, tel qu'il s'est développé en Inde du Ve s. avant J.-C. jusqu'au Xe s. de notre ère environ.
=> en savoir plus

Le 2e cycle, comportant 10 séances, propose une approche plus historique, consacrée à la présentation de courants et d'écoles qui se sont développés en Inde puis hors de l'Inde, que ces écoles aient finalement disparues ou qu'elles aient poursuivi leur développement jusqu'à aujourd'hui.
=> en savoir plus

Le 3e cycle, comportant 5 séances, est consacré à l'implantation du bouddhisme en Occident, dans ses conditions historiques et par la présentation des principaux courants et écoles qui y sont aujourdhui présents. On y évoque non seulement le rôle historique joué par ses écoles mais aussi leurs caractéristiques, voire les transformations subies ou voules lors de ce processus de diffusion.
=> en savoir plus
 

Les cours ont lieu :

  • 1er cycle : le samedi matin (de 10 h à 13 h), au Forum 104 (104 rue de Vaugirard 75006 Paris)
  • 2e cycle : le samedi matin (de 10 h à 13 h), au CIDEB (29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris)
  • 3e cycle : cette année, ce cycle n'est proposé qu'en visio-conférence
     

Chargés de cours :
Philippe Cornu, Jérôme Ducor, Paul Magnin, Eric Rommeluère, Dominique Trotignon
=> présentation des intervenants

Vous pouvez découvrir le 1er cycle en vidéo grâce aux deux extraits accessibles dans notre page "Vidéos de l'Institut" (rubrique "Médiathèque - documentation")

 

Les fondements du bouddhisme

Introduction générale - cycle 1

calendrier des cours
année universitaire 2014-2015

10 séances, le samedi matin, de 10 h à 13 h
au "Forum 104", 104 rue de Vaugirard 75006 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Intro-1 »]

Ce cours est aussi accessible en visio-conférence (en différé)
 

Ce cycle 1, comportant 10 séances, est consacré à une approche synthétique des notions fondamentales et des principales pratiques du bouddhisme, tel qu'il s'est développé en Inde du Ve s. avant J.-C. jusqu'au Xe s. de notre ère environ.
Les étudiants reçoivent en début d’année un fascicule de cours, comprenant un synopsis détaillé du sujet abordé dans chaque séance, des documents d’illustration (textes et images), une bibliographie, un lexique ainsi qu'un guide de révision pour auto-évaluer les connaissances acquises.
Chaque séance fait l'objet d'un enregistrement audio qui est mis à disposition des étudiants, en téléchargement, sur le site du cours. Les étudiants disposent aussi d'un forum de discussion où ils peuvent, entre chaque séance, poser des questions et demander des précisions.
 

  • samedi 25 octobre 2014 - Dominique Trotignon
    Le bouddhisme dans son contexte indien
    Le contexte historique et spirituel de la naissance du bouddhisme.
    Qu'est-ce qu'un buddha et que savons-nous du buddha historique Gautama ?

     
  • samedi 22 novembre - Dominique Trotignon
    Les fondements doctrinaux du bouddhisme (1)
    Définition du terme Dharma. Les caractéristiques du saṃsāra : la souffrance, existence ou non-existence du "Moi", le karma et les renaissances
     
  • samedi 13 décembre - Dominique Trotignon
    Les fondements doctrinaux du bouddhisme (2)
    La vision juste des choses "telles qu'elles sont" : conditionnement ou "coproduction conditionnelle" ; le nirvāṇa et l'Eveil (bodhi)
     
  • samedi 17 janvier 2015 - Dominique Trotignon
    Les fondements de la pratique bouddhique
    Qu'est-ce qu'être "bouddhiste" ? La "prise de refuges" et les "préceptes" ; les pratiques de "développement de l'esprit" (ou "méditation").
     
  • samedi 7 février - Dominique Trotignon
    Les pratiques spécifiques aux écoles anciennes
    Les voies de l'arhat et du bodhisatta
     
  • samedi 28 février - Philippe Cornu
    Les fondements du Mahāyāna (Grand Véhicule)
    Herméneutique (principes d'interprétation), perspective et principes-clés du Grand Véhicule
     
  • samedi 28 mars - Philippe Cornu
    Les écoles philosophiques du Mahāyāna
    L'école de la voie médiane ou Madhyamaka, l'école Yogācāra de "l'Esprit seul"
     
  • samedi 25 avril - Philippe Cornu
    Les pratiques spécifiques du Mahāyāna
    L'éthique et la voie du bodhisattva, "méditation" et pratiques de compassion
     
  • samedi 30 mai - Philippe Cornu
    Les fondements du Vajrayāna (Véhicule de diamant)
    La nature de buddha et les principes des pratiques tantriques
     
  • samedi 20 juin - Philippe Cornu
    Les pratiques du Vajrayāna
    Les méthodes tantriques des tantra externes et internes

=> présentation des intervenants

 

Tarifs et inscriptions

Tarifs

cycle entier uniquement
tarif plein : 216 € ; tarif réduit : 174 €

Le tarif réduit est attribué aux étudiants et aux demandeurs d'emploi sur présentation (ou envoi d'une photocopie) d'un justificatif en cours de validité. Il peut être accordé à toute personne pouvant justifier de faibles ressources.

Il est possible de régler en trois règlements trimestriels
(tarif plein : 3 x 72 € ; tarif réduit : 3 x 58 €)

=> 1er versement : à l'inscription, avant le 15 octobre
=> 2e versement : dans un délai de 3 mois, avant le 15 janvier
=> 3e versement : dans un délai de 6 mois, avant le 15 avril
En cas de paiement par chèque, les trois chèques peuvent être remis à l'inscription
Ils seront encaissés à la fin des mois indiqués ci-dessus

 

Inscriptions

L'inscription à ce cours n'est possible que pour l'ensemble du cycle (pas d'inscription à la séance).

Les inscriptions aux cycles entiers doivent être effectuées avant le 11 octobre 2014
Vous pourrez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
L'adhésion n'est pas nécessaire pour assister aux cours accessibles à la séance (dans la limite des places disponibles).

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

Les écoles historiques

Introduction générale - cycle 2

calendrier des cours
année universitaire 2014-2015

10 séances, le samedi matin, de 10 h à 13 h
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Intro-2 »]

Ce cours est aussi accessible en visio-conférence (en direct ou en différé)

Les inscriptions peuvent s'effectuer pour le cycle entier ou à la séance
(seule une inscription "à la séance" est accessible aux non-adhérents)

 

Ce 2e cycle, comportant 10 séances, propose une approche historique, consacrée à la présentation de courants et d'écoles qui se sont développés en Inde puis hors de l'Inde, que ces écoles aient finalement disparu ou qu'elles aient poursuivi leur développement jusqu'à aujourd'hui.
Les étudiants reçoivent en début d’année un fascicule de cours, comprenant un synopsis détaillé du sujet abordé dans chaque séance, des documents d’illustration (textes et images), une bibliographie et un lexique.
Chaque séance fait l'objet d'un enregistrement audio qui est mis à disposition des étudiants, en téléchargement, sur le site du cours. Les étudiants disposent aussi d'un forum de discussion où ils peuvent, entre chaque séance, poser des questions et demander des précisions.
 

  • samedi 18 octobre 2014
    Les écoles indiennes abhidharmiques – Dominique Trotignon
    Issues du bouddhisme ancien, différentes écoles indiennes ont poursuivi le développement de l’enseignement bouddhique par la constitution de traités d’Abhidharma. Ce cours propose d’en découvrir les quatre principaux courants et leurs grandes caractéristiques, dans leur principe et leurs principales évolutions, notamment en ce qui concerne la notion de karman et de sa rétribution.

  • samedi 15 novembre
    L’émergence du Mahāyāna – Dominique Trotignon
    C'est au sein des écoles anciennes que le Mahāyāna est d'abord apparu, comme une réforme interne du milieu « monastique », prônant un retour aux sources. Au fil des siècles, il connaîtra des évolutions doctrinales et pratiques qui modifieront graduellement sa place au sein de la communauté bouddhique et donneront finalement naissance à une nouvelle école, en Asie centrale et en Chine, puis finalement aussi en Inde, aux alentours du Ve siècle de notre ère.

  • samedi 20 décembre
    Les écoles bouddhiques tibétaines – Philippe Cornu
    Les écoles bouddhiques tibétaines s'appuient toutes sur un socle monastique et mahayanique auquel se superposent les pratiques du Vajrayāna, cet ensemble complexe provenant majoritairement des enseignements du bouddhisme indien. Ce qui les différencie est l'existence de lignées distinctes et leur histoire, les choix philosophiques préférentiels et les tantra appliqués dans une école donnée. Il existe quatre principales écoles actuellement mais elles ont été plus nombreuses par le passé. Seront abordées les caractéristiques essentielles de chacune de ces écoles.

  • samedi 10 janvier 2015
    Le Theravâda et ses courants – Dominique Trotignon
    Fondé sur le canon pāli - le premier à avoir été fixé par écrit - le Theravāda n'apparaît formellement qu'au Ve siècle de notre ère, dans l'île de Ceylan, comme une réaction traditionnaliste aux évolutions du Mahāyāna. Développant des caractéristiques spécifiques, il se diffusera dans toute l'Asie du sud-est, supplantant d'autres écoles qui s'y étaient précédemment implantées, tout en continuant à évoluer jusqu'à aujourd'hui...

  • samedi 31 janvier
    Les écoles de la Terre Pure  – Jérôme Ducor 
    L'enseignement sur la "Terre Pure" des Buddha et la possibilité d'y renaître est l'un des plus anciens témoignages du Mahāyāna en Inde. Il donnera naissance, en Chine, à une école spécifique qui ne cessera d'évoluer tout en se diffusant dans tout l'Extrême-Orient. Présent aujourd'hui en Chine, au Vietnam et au Japon, c'est surtout dans ce dernier pays qu'il connaîtra ses évolutions les plus abouties, qui en font l'un des courants les plus originaux du Mahāyāna.

  • samedi 21 février
    Le Dzogchen ou « Grande Perfection » dans les écoles du Tibet – Philippe Cornu
    Dzogchen signifie « Grande Perfection » et désigne notre dimension éveillée primordiale, au-delà des caractéristiques relatives des méthodes, des écoles ou des courants. Non tantrique, le Dzogchen se présente comme la voie de l'autolibération et ne s'appuie nullement sur l'esprit conceptuel. Cependant, le Dzogchen, conçu comme une voie donnant accès à l'Éveil et issue de lignées spirituelles, est surtout enseigné dans les deux écoles tibétaines les plus anciennes, l'école Nyingmapa et l'école Youngdroung bön, mais il est aussi apprécié par des maîtres d'autres écoles comme l'école Kagyüpa notamment.

  • samedi 21 mars
    Les écoles du « Sūtra du Lotus » (Tendai & Nichiren)  – Jérôme Ducor
    L’école chinoise Tiantai (jap. Tendai) constitue l’une des premières écoles proprement chinoise du bouddhisme. Fondée principalement sur le « Sūtra du Lotus », elle fut introduite au Japon où elle s’enrichit des traditions du zen, du tantrisme et de la discipline du Grand Véhicule. Elle fut le berceau de tous les fondateurs des écoles japonaises ultérieures de la Terre Pure et du Zen. Parmi eux se trouve aussi Nichiren (1222-1282), moine polémique qui prôna un retour à la pureté originelle de la doctrine du « Sūtra du Lotus ». 

  • samedi 18 avril
    L’école chinoise Huayan [Hua-yen] – Paul Magnin
    Cette école tire son nom du texte de base qu’elle honore, le Huayan jing, « Sūtra de l’ornementation fleurie » (Avatasakasūtra). Nous présenterons les origines et le développement de cette école majeure du bouddhisme chinois, aussi importante que l’école Tiantai ou l’école Chan (Zen). Puis, certains points de doctrine seront exposés, notamment l’interpénétration du shi, les « phénomènes » et du li, l’« Absolu », et les rapports entre l’unité et la multiplicité.

  • samedi 9 mai
    L’école du Chan / Zen – Eric Rommeluère
    Issue des lignées de transmission de la pratique du dhyāna en Chine, l'école du Chan n'apparaît historiquement qu'à la fin du VIIe siècle. Elle se caractérise par des méthodes spécifiques, notamment la « transmission directe d’esprit à esprit » - qui aurait été introduite en Chine, au VIe s. par un certain Bodhidharma - comme aussi la pratique des "cas public" (kōan). Représentée par plusieurs courants, elle se développe rapidement et se diffuse en Corée, au Viêtnam et au Japon (où elle prend le nom de Sōn, Zen et Thiên), et même, temporairement, au Tibet

  • samedi 13 juin
    L’école tantrique japonaise du Shingon – Jérôme Ducor 
    Le bouddhisme tantrique fut introduit au Japon en 806 par le maître japonais Kūkai, à son retour de Chine. Dans ce pays, le tantrisme – ou ésotérisme (mikkyō) – en était encore à ses débuts, et c’est Kūkai qui en acheva brillamment le système. Son école se caractérise par une philosophie subtile, influencée par l’école Kegon (ch. Huayan), ainsi que par un rituel sophistiqué et un recours important à l’iconographie.
     

=> présentation des intervenants

 

Tarifs et inscriptions

Tarifs
  • le cycle entier (10 séances) :
    tarif plein : 216 € ; tarif réduit : 174 €
    Le tarif réduit est attribué aux étudiants et aux demandeurs d'emploi sur présentation (ou envoi d'une photocopie) d'un justificatif en cours de validité. Il peut aussi être accordé à toute personne pouvant justifier de faibles ressources.

Il est possible de régler en trois versements trimestriels
(tarif plein : 3 x 72 € ; tarif réduit : 3 x 58 €)

=> 1er versement : à l'inscription, avant le 15 octobre
=> 2e versement : dans un délai de 3 mois, avant le 15 janvier
=> 3e versement : dans un délai de 6 mois, avant le 15 avril
En cas de paiement par chèque, les trois chèques peuvent être remis à l'inscription
Ils seront encaissés à la fin des mois indiqués ci-dessus

  • à la séance :
    adhérents : 22 €
    non adhérents : 25 €
     
Inscriptions

Ces cours sont accessibles à toute personne adhérente de l'IEB, avec inscription pour le cycle entier ou à la séance. Ils sont aussi accessibles aux non-adhérents, à la séance.
Les inscriptions au cycle entier seront toujours privilégiées ; les inscriptions à la séance ne seront acceptées qu'en fonction des places disponibles.

Les inscriptions aux cycles entiers doivent être effectuées avant le 11 octobre 2014
Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
L'adhésion n'est pas nécessaire pour assister aux cours accessibles à la séance (dans la limite des places disponibles).

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

Le bouddhisme en Occident

Introduction générale - cycle 3

année universitaire 2014-2015

5 séances

Cette année 2014-2015,
ce cycle de cours n'est proposé qu'en visio-conférence

Ce 3e cycle, comportant 5 séances, est consacré à l'implantation du bouddhisme en Occident, dans ses conditions historiques et par la présentation des principaux courants et écoles qui y sont aujourdhui présents. On y évoque non seulement le rôle historique joué par ses écoles mais aussi leurs caractéristiques, voire les transformations subies ou voules lors de ce processus de diffusion.
Chaque séance a fait l'objet d'un enregistrement audio et vidéo qui est mis à disposition des étudiants, en visio-conférence, sur le site du cours. Les étudiants disposent aussi d'un forum de discussion où ils peuvent poser des questions et demander des précisions aux enseignants.
 

  • séance 1
    Découverte et implantation du bouddhisme en Occident - Dominique Trotignon
    Le phénomène récent de l’implantation du bouddhisme en Occident, durant la seconde moitié du XXe siècle, a été précédé d’une longue histoire de rencontres et de découvertes, depuis le Moyen-Age jusqu’à l’époque contemporaine. On évoquera les grandes étapes de cette histoire et les influences, souvent invisibles, qu’elles auront sur la diffusion actuelle du bouddhisme en Occident : tout d’abord la découverte du bouddhisme, en Asie même, par les voyageurs, missionnaires et colons européens ; puis, en Europe, l’étude des textes par les érudits et les intellectuels et, enfin, l’appropriation du bouddhisme par les courants ésotériques qui prépareront les premières « conversions ». On présentera, enfin, les trois modes de transmission du bouddhisme en Occident : par émigration, invitation ou mission.

  • séance 2
    Theravāda et l'enseignement de Vipassanā - Dominique Trotignon
    Le Theravāda a été la première forme de bouddhisme asiatique à intéresser les Européens désirant se « convertir », dès la fin du XIXe siècle. Son implantation a ensuite été surtout liée à l’émigration des populations d’Asie du sud-est avant que quelques Occidentaux, européens ou américains, ne s’engagent dans la voie des bhikkhu, en Birmanie ou en Thaïlande, participant ainsi à la diffusion de l’enseignement de Vipassanā hors d’Asie. Le Theravāda, aujourd’hui, est donc représenté de plusieurs manières en Occident, par le biais de structures traditionnelles et modernes, voire « modernistes », dont nous étudierons l’origine et les caractéristiques (structures et enseignements).

  • séance 3
    Le bouddhisme Zen - Emmanuel Ollivier
    Le Zen japonais fut l'un des vecteurs importants de diffusion du bouddhisme en Occident. D'abord restreint à quelques communautés installées aux États-Unis, dès le début du XXe siècle, il fera l'objet d'une découverte intellectuelle grâce aux ouvrages de Daisetsu Teitarō Suzuki (1870-1966). C'est à partir des années 1960 que des centres de pratique se développent en Californie puis ailleurs sur le continent américain. En France, c'est le Japonais Taisen Deshimaru (1919-1982) qui contribuera le plus largement à l'implantation du Zen, à la fin des années 1960, en fondant l'Association Zen Internationale. Depuis, différentes lignées de transmission se sont implantées et de nouveaux mouvements se sont créés, notamment en raison du souhait de mieux adapter à l'Occident les enseignements de cette école.

  • séance 4
    Le bouddhisme tibétain - Philippe Cornu
    Depuis l’invasion chinoise du Tibet (années 1960), partout où il s’est implanté dans le monde occidentalisé, le bouddhisme tibétain est devenu majoritaire, devant le Zen et le Theravāda. Si toutes ses écoles sont représentées, elles ne se sont pas implantées de manière équilibrée dans chaque pays. Il en résulte une situation historique, doctrinale et sociale complexe où les « chapelles » se multiplient sans tenir compte de la situation d’ensemble. L’Occident est un laboratoire de transformation d’un bouddhisme culturellement marqué. Porté par des maîtres traditionnels mais aussi par quelques pionniers qui tentent de le traduire en termes contemporains, saura-t-il s’adapter sans perdre l’essence de son message ?

  • séance 5
    Les courants néo-bouddhistes - Philippe Cornu
    Dans la modernité d’avant-guerre puis dans l’ère post-industrielle, qui a vu s’amplifier la globalisation, sont nés de nouveaux courants bouddhistes où s’entrecroisent idées occidentales et traditions asiatiques. Certains d’entre eux, comme la Soka Gakkai ou le bouddhisme Won, sont asiatiques, mais on compte aussi nombre de courants néo-bouddhistes nés en Occident. Sont-ils la traduction moderne de la légendaire adaptabilité du bouddhisme aux circonstances culturelles et historiques ou bien des formes simplifiées voire déformées du bouddhisme traditionnel, témoins d’une instrumentalisation du message du Bouddha ?

=> présentation des intervenants
 

Tarifs et inscriptions

Tarifs
  • le cycle entier (5 séances) :
    tarif plein : 108 €
    tarif réduit : 87 €
    Le tarif réduit est attribué aux étudiants et aux demandeurs d'emploi sur présentation (ou envoi d'une photocopie) d'un justificatif en cours de validité. Il peut aussi être accordé à toute personne pouvant justifier de faibles ressources.

Il est possible de régler en trois versements trimestriels
(tarif plein : 3 x 36 € ; tarif réduit : 3 x 29 €)

=> 1er versement : à l'inscription, avant le 15 octobre
=> 2e versement : dans un délai de 3 mois, avant le 15 janvier
=> 3e versement : dans un délai de 6 mois, avant le 15 avril
En cas de paiement par chèque, les trois chèques peuvent être remis à l'inscription
Ils seront encaissés à la fin des mois indiqués ci-dessus

Inscriptions

Ces cours sont accessibles à toute personne adhérente de l'IEB, avec inscription pour le cycle entier uniquement.
Les inscriptions aux cycles entiers doivent être effectuées avant le 11 octobre 2014
Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
L'adhésion n'est pas nécessaire pour assister aux cours accessibles à la séance (dans la limite des places disponibles).

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

 

Approches thématiques

Présentation

Ce cycle de cours permet de développer et d'approfondir l'étude de notions essentielles et de pratiques propres aux différents courants du bouddhisme, évoquées dans les cours d'Introduction générale. L'approche est thématique et les thèmes abordés changent chaque année. Il est préférable (mais non obligatoire...), pour pouvoir y participer, d'avoir déjà suivi le cycle de cours "Introduction générale" ou d'avoir une bonne connaissance préalable du bouddhisme.

Cette année universitaire 2014-2015, l'IEB propose quatre cycles de 5 séances de trois heures.

Le 1er cycle est consacré à l'étude de la notion de "nature" et de ses diverses significations et interprétations dans le bouddhisme du point de vue philosophique (en comparaison avec la philosophie occidentale) et par diverses approches : culturelle, littéraire et  rituelle.
=> en savoir plus

Le 2e cycle propose une approche doctrinale de la notion de skandha ou "ensemble", d'abord à travers les trois grands ensembles du Canon pâli, du Mahâyâna de l'école Yocara et du tantrisme tibétain ; ensuite par une confrontation avec l'approche chrétienne de la notion de "personne".
=> en savoir plus

Le 3e cycle est consacré à l'étude de textes représentatifs des divers courants du bouddhisme : bouddhisme du canon pāli (Dvayatānupassanā-sutta et Paritta), du Grand Véhicule (Nāgārjuna) ou littérature du bouddhisme tibétain (biographies sacrées) et japonais (« Lettres spirituelles » de Nichiren).
=> en savoir plus

Le 4e cycle propose une introduction à l'art bouddhique, à travers la présentation de thèmes communs à l'ensemble des diverses écoles bouddhiques (représentation du Buddha), mais aussi la découverte de grands sites et de styles iconographiques régionaux (Sāñcī, Asie du sud-est ancienne et Japon) ou d'objets de pratique (reliques et reliquaires).
=> en savoir plus

Ces cours sont accessibles à toute personne adhérente de l'IEB, avec inscription pour le cycle entier ou à la séance. Ils sont aussi accessibles aux non-adhérents, à la séance.
Les inscriptions seront enregistrées dans l'ordre d'arrivée du règlement. Les inscriptions au cycle complet seront toujours privilégiées ; les inscriptions à la séance ne seront acceptées qu'en fonction des places disponibles.

Les cours ont lieu :

  • 1er et 2e cycles : au Forum 104 (104 rue de Vaugirard 75006 Paris)
  • 3e et 4e cycles : au CIDEB (29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris) - inscription préalable obligatoire

 

Bouddhisme & nature

Approches thématiques - cycle 1

calendrier des cours
année universitaire 2014-2015

5 séances, le samedi après-midi, de 14 h 30 à 17 h 30
au "Forum 104", 104 rue de Vaugirard 75006 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Nature »]
 

Ce cycle de cours est aussi accessible en visio-conférence (en différé)

Les inscriptions peuvent s'effectuer pour le cycle entier ou à la séance
(seule une inscription "à la séance" est accessible aux non-adhérents)

 

  • samedi 25 octobre 2014 – Françoise Bonardel
    Nature et substance, en bouddhisme et en Occident
    La notion de « nature » suppose l'existence d'une prédétermination innée contenant les potentialités propres à une espèce qu'il appartient pour partie à la culture de développer. Aussi la dialectique nature/culture traverse-t-elle toute la réflexion occidentale, en dépit des diverses « déconstructions » dont l'idée même de nature a pu être l'objet d'un point de vue anthropologique. Dans une perspective théologique, par contre, seule la grâce divine est susceptible de racheter ce que la nature humaine, faillible, comporte de corrompu. De quelque manière qu'on l'aborde, l'idée de nature est, en Occident, le support de toute pensée de type « substantialiste » dont l'enseignement du Bouddha démontre, pour sa part, qu'elle n'est qu'une construction de l'esprit et un obstacle à l'Eveil. Ce qui ne signifie pas que le bouddhisme a totalement évacué cette notion, quitte à devoir en reformuler la définition et la fonction.
     

  • samedi 22 novembre 2014 – Stéphane Arguillère
    Nature des choses et culture de la Voie bouddhique
    La pensée moderne occidentale oppose la culture - sphère des normes et valeurs supposées purement conventionnelles - à celle de la nature - phénomènes gouvernés par des lois objectivement données, étrangères au bien et au mal. Mais cette pensée ne domine chez nous que depuis qu'elle a, en quelque sorte, écrasé la strate culturelle précédente : celle qui posait qu'il y aurait une "morale naturelle", c'est-à-dire une loi à la fois conforme à notre nature, et visant à élever cette nature à sa perfection propre, qu'elle ne possède d'abord qu'en puissance. Le bouddhisme, dans ses diverses formes, ne relève ni du premier, ni du second modèle. D'un côté, sa morale (ou sa méthode) n'est pas présentée comme le fruit d'un libre choix des individus et elle n'apparaît pas comme la simple expression des valeurs d'une société, mais comme induite de la "nature des choses". De l'autre, l'idée d'être en puissance et en acte est étrangère au bouddhisme, qui ne peut donc penser la culture de la voie comme un dispositif visant à amener notre nature à sa perfection. On essaiera donc de mieux caractériser l'esprit de la culture bouddhique — c'est-à-dire de la voie spirituelle — en rapport avec la notion de nature — à la fois de la nature personnelle du pratiquant et de son devenir, et de la nature comme ordre naturel des phénomènes gouvernés par des lois.
     

  • samedi 13 décembre 2014 – Yoko Orimo
    La nature dans l’art, la culture et les religions du Japon
    « Dans ce beau pays heureux (le Japon), la nature et le surnaturel ne font qu’un », dit Paul Claudel. En effet, depuis la nuit des temps, la nature est conçue chez les Japonais, non comme objet de conquête ou de domination, mais de contemplation. Dans le polythéisme Shintô – littéralement « la Voie des dieux » –, chaque élément de la nature est attribué à une divinité appelé kami. L’art et la culture japonais se caractérisent, dès l’origine, par les singulières épousailles de ce qui est de l’ordre du naturel et de ce qui ne l’est pas : la « nature », travaillée et façonnée par la main de l’homme, se montre à l’antipode même du naturalisme. Le syncrétisme shintô-bouddhique, qui se développe dès l’introduction du bouddhisme au VIe siècle, finit par prôner la théorie de « l’hypostase » [honji-suijaku] selon laquelle les kamis du Shintô ne sont autres que les manifestations locales d’éveillés et de bodhisattva. Parallèlement s’élabore dans l’école Tendai la doctrine de « l’Eveil foncier » [hongaku] affirmant que l’inanimé prêche la Loi et que les herbes et les arbres réalisent l’état de l’Eveillé. L’Eveil pour l’homme consiste alors à retrouver le « visage originel sans souillure » [honrai-no-menmoku], identique à la Nature dans sa pureté immaculée. Enfin, chez maître Dôgen (1200-1253), la « nature » de l’Eveillé [busshô] se voit identifiée à la Nature en ce sens que la nature consiste à s’éveiller à la nature de l’Eveillé.
     

  • samedi 17 janvier 2015 – Philippe Cornu
    Rituels tibétains et nature environnante
    La manière de concevoir la nature comme opposée à la culture est une vision purement occidentale. Dans le bouddhisme, il existe d’autres manières d’envisager les interactions entre l’homme et son milieu naturel de vie, notamment à travers la notion d’interdépendance étroite entre l’esprit et ce qu’il perçoit dans le monde. En outre, le monde naturel est « habité » par toutes sortes de déités comme les divinités du terroir. Dans le cadre bouddhique, les rencontres entre ces êtres et l’homme sont considérées comme normales et inévitables. On les envisage non pas comme des relations de domination mais plutôt comme des échanges respectueux et de bon voisinage permettant d’éviter de s’infliger des souffrances mutuelles.
     

  • samedi 7 février 2015 – Danièle Masset
    Montagne et forêt : images de la nature dans la poésie bouddhique indo-tibétaine
    Espaces à la fois géographiques et symboliques, la montagne et la forêt occupent une place de choix dans la poésie bouddhique indo-tibétaine, ne serait-ce qu’en tant que lieux de séjour favoris des ascètes et des renonçants, qui peuvent s’y consacrer en paix à la poursuite de leur idéal spirituel. À partir de descriptions figurant dans un corpus représentatif de trois époques, trois langues et trois styles bien distincts (stances du Canon pāli, poèmes sanskrits d’Aśvaghoṣa, extraits de chants attribués au grand yogi tibétain Milarépa), on mettra en évidence le jeu des ressemblances et des différences existant entre les visions indienne et tibétaine : si elles se caractérisent l’une et l’autre par la présence de stéréotypes définis dès les modèles indiens, il n’en demeure pas moins que les chants tibétains gardent une part d’originalité irréductible.

=> présentation des intervenants

 

Tarifs et inscriptions

Tarifs
  • le cycle entier (5 séances) :
    tarif plein : 99 €
    tarif réduit : 78 €
    Le tarif réduit est attribué aux étudiants et aux demandeurs d'emploi sur présentation (ou envoi d'une photocopie) d'un justificatif en cours de validité. Il peut aussi être accordé à toute personne pouvant justifier de faibles ressources.

Il est possible de régler en trois versements trimestriels
(tarif plein : 3 x 33 € ; tarif réduit : 3 x 26 €)

=> 1er versement : à l'inscription, avant le 12 octobre
=> 2e versement : dans un délai de 3 mois, avant le 15 janvier
=> 3e versement : dans un délai de 6 mois, avant le 15 avril
En cas de paiement par chèque, les trois chèques peuvent être remis à l'inscription
Ils seront encaissés à la fin des mois indiqués ci-dessus

  • à la séance :
    adhérents : 22 €
    non adhérents : 25 €
     
Inscriptions

Ces cours sont accessibles à toute personne adhérente de l'IEB, avec inscription pour le cycle entier ou à la séance. Ils sont aussi accessibles aux non-adhérents, à la séance.

Les inscriptions aux cycles entiers doivent être effectuées avant le 11 octobre 2014
Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
L'adhésion n'est pas nécessaire pour assister aux cours accessibles à la séance (dans la limite des places disponibles).

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

 

Les cinq skandha ou "ensembles"

Approches thématiques - cycle 2

calendrier des cours
année universitaire 2014-2015

5 séances, le samedi après-midi, de 14 h 30 à 17 h 30
au "Forum 104", 104 rue de Vaugirard 75006 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Skandha »]
 

Ce cycle de cours est aussi accessible en visio-conférence (en différé)

Les inscriptions peuvent s'effectuer pour le cycle entier ou à la séance
(seule une inscription "à la séance" est accessible aux non-adhérents)

 

  • samedi 28 février 2015 –  Dominique Trotignon 
    Les cinq khandha dans le canon pāli et le Theravāda
    Généralement traduits par « agrégats », les khandha (skt. skandha) sont les cinq « ensembles » regroupant les divers phénomènes entrant dans la construction de « l'idée d'une personnalité individuelle » (sakkāya-diṭṭhi)  ou idée d'un « Moi » (atta / ātman). Ce processus de construction, cependant, ne se produit que s'il est conditionné par l'attachement (upādāna). Il est donc nécessaire de distinguer les « ensembles [objets] d'attachement » (upādāna-khandha), des « ensembles ["simples"] » (khandha), tels que les expérimentent les arahant et les buddha. D'autre part, les cinq khandha sont toujours cités dans le même ordre et on peut se demander si cet ordre a une signification particulière et s'il est possible de le relier à l'ordre dans lequel ils apparaissent - mais de manière différente... - dans la liste des 12 éléments constituant la chaîne de coproduction conditionnelle (paṭicca-samuppāda).

  • samedi 28 mars – Philippe Cornu
    Les cinq skandha dans le Yogācāra 
    Dans le cadre idéaliste du Yogācāra, où « Tout est esprit », que deviennent les cinq agrégats qui constituent les êtres individuels ? En d’autres termes que devient la notion de corps et d'altérité, le statut des objets des sens, des sensations, etc., quand « tout n'est que perception sans plus »... Il s’agit de revisiter les agrégats dans un contexte où rien n'existe en dehors de l'esprit et de ses projections. Nous terminerons sur quelques remarques concernant le Dzogchen qui pousse les conséquences de cette vision au point où les cinq agrégats, à la fin du chemin, retrouvent leur nature vide et lumineuse dans le Corps d'arc-en-ciel.

  • samedi 25 avril – Eric Vinson
    Les cinq skandha dans le tantrisme tibétain
    Selon l'optique « alchimique » qui caractérise le Tantra, les cinq agrégats « impurs » (ordinaires) qui constituent tous les phénomènes physiques et mentaux du saṃsāra sont envisagés selon leur aspect primordialement « pur », en tant qu'expressions des qualités de l'Esprit éveillé. Une « transmutation » modélisée en particulier à travers le maṇḍala des cinq familles de buddha, respectivement centrées sur l'un des cinq Jina (« Vainqueurs » improprement nommés souvent « dhyāni buddha »). Autant de figures archétypales, « transcendantes », de la bouddhéïté, qui constituent ensemble un système symbolique cohérent à même d'embrasser la totalité du réel et de manifester pratiquement la non séparabilité du saṃsāra et du nirvāṇa. Fondée sur des correspondances subtiles entre les éléments, les couleurs, les types de sagesses et d'émotions perturbatrices principales, les agrégats, etc., cette étonnante matrice révèle une vision du monde, ésotérique, aussi puissante qu'énigmatique, qui demande exploration et interprétation.

  • samedi 30 mai – Paul Magnin
    La personne dans le bouddhisme et le christianisme : unité et/ou multiplicité
    Il est de bon ton d'opposer bouddhisme et christianisme quant à la notion de personne, l'un affirmant le non-Soi, l'autre défendant le Soi, si l'on en croit une lecture approximative des textes. Une étude de la terminologie (agrégats, individu, sujet, personne, ego, Soi ou non-Soi) permettra de clarifier la question, avant d'en aborder les fondements et les enjeux dans l'une et l'autre de ces deux voies de libération. Cette approche devrait aider à déterminer comment bouddhisme et christianisme s'interpellent l'un l'autre, à juste titre, et provoquent questionnement et déplacement.

  • samedi 20 juin
    Thème et intervenant encore à déterminer
     

=> présentation des intervenants

 

Tarifs et inscriptions

Tarifs
  • le cycle entier (5 séances) :
    tarif plein : 99 €
    tarif réduit : 78 €
    Le tarif réduit est attribué aux étudiants et aux demandeurs d'emploi sur présentation (ou envoi d'une photocopie) d'un justificatif en cours de validité. Il peut aussi être accordé à toute personne pouvant justifier de faibles ressources.

Il est possible de régler en trois versements trimestriels
(tarif plein : 3 x 33 € ; tarif réduit : 3 x 26 €)

=> 1er versement : à l'inscription, avant le 15 octobre
=> 2e versement : dans un délai de 3 mois, avant le 15 janvier
=> 3e versement : dans un délai de 6 mois, avant le 15 avril
En cas de paiement par chèque, les trois chèques peuvent être remis à l'inscription
Ils seront encaissés à la fin des mois indiqués ci-dessus

  • à la séance :
    adhérents : 22 €
    non adhérents : 25 €
     
Inscriptions

Ces cours sont accessibles à toute personne adhérente de l'IEB, avec inscription pour le cycle entier ou à la séance. Ils sont aussi accessibles aux non-adhérents, à la séance.

Les inscriptions aux cycles entiers doivent être effectuées avant le 11 octobre 2014
Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
L'adhésion n'est pas nécessaire pour assister aux cours accessibles à la séance (dans la limite des places disponibles).

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

 

Le bouddhisme et ses textes

Approches thématiques - cycle 3

calendrier des cours
année universitaire 2014-2015

5 séances, le samedi après-midi, de 15 h à 18 h (nouveaux horaires !)
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Textes »]
 

Ce cycle de cours est aussi accessible en visio-conférence (en direct et en différé)

Les inscriptions peuvent s'effectuer pour le cycle entier ou à la séance
(seule une inscription "à la séance" est accessible aux non-adhérents)

 

  • samedi 20 décembre 2014
    Vacuité et causalité chez Nāgārjuna – Stéphane Arguillère
    L'un des points-clefs difficiles du Madhyamaka, c'est la détermination exacte de sa conception de la production causale. Ceux qui connaissent superficiellement la pensée de Nāgārjuna ont bien saisi qu'il y a un rapport entre vacuité et coproduction conditionnée ; mais ils croient volontiers que la vacuité, c'est tout simplement le fait que les choses n'existent pas dans l'absolu, c'est-à-dire dépendent de causes et conditions. Or, s'il en était ainsi, d'abord les textes où Nāgārjuna critique implacablement la causalité ne se comprendraient pas, et ensuite la vacuité des Mādhyamika ne serait rien de plus que le simple non-soi admis par toutes les écoles du bouddhisme, dont aucune, au fond, ne soutient sérieusement qu'il y aurait des phénomènes existant en soi et par soi, absolument. Pour éclaircir ce point, il sera donc utile de relire attentivement le chp. XX des Stances du milieu par excellence afin de déterminer précisément jusqu'où va la critique nāgārjunienne de la causalité, pour pointer ce qui peut bien en rester après cette réduction et ce qui sera donc la coproduction conditionnée, dont l'auteur dit par ailleurs qu'elle est équivalente à la vacuité.

  • samedi 10 janvier 2015
    Le Dvayatānupassanā-sutta – Dominique Trotignon - séance initialement annoncée pour le 18 avril 2015
    « En vue de quoi est-il nécessaire d’écouter les enseignements efficaces, nobles, qui mènent au-delà, à l’Eveil ?... Pour connaître les doublets tels qu’ils sont réellement ! ». C'est par cette phrase que le Buddha présente son enseignement sur la « Contemplation des doublets » (dvayatānupassanā). Ce texte composite, mêlant strophes versifiées et paragraphes en prose, est considéré comme la présentation la plus archaïque de la coproduction conditionnelle. Il expose onze « conditions d'apparition » de dukkha (en partie différentes des douze « chaînons » classiques), tels qu'ils sont vus par un être ignorant et tels qu'ils doivent être perçus par ceux qui veulent atteindre la Libération.

  • samedi 21 mars 2015
    Deux « Lettres spirituelles » de Nichiren – Bertrand Rossignol
    Si Nichiren est connu pour ses traités doctrinaux aux accents souvent polémiques, il l’est moins pour les nombreuses lettres adressées à ses disciples laïcs, hommes et femmes, dans lesquelles affleure une profonde bienveillance. La Réponse à Nichinyo (Nichinyo gozen gohenji ; 1277) et celle envoyée aux parents de Kyō-ō (Kyō-ō dono gohenji ; 1273) sont significatives à cet égard. L’étude de ces lettres nous permettra de situer Nichiren à deux moments clés de sa vie – son exil sur l’île de Sado (1271-1274) et sa retraite au mont Minobu (1274-1282) –, et sera propice à la compréhension de ce bouddhisme de la foi qu’est l’enseignement du religieux japonais. La Réponse à Nichinyo, aussi appelée La composition du Gohonzon, détaille le « vénéré originel » (Gohonzon), objet de vénération de l’école – représentation calligraphique de la « Cérémonie dans les airs » décrite dans le Sūtra du Lotus. La courte réponse à Kyō-ō est, quant à elle, une invitation à renforcer sa foi dans ce Gohonzon et donc à mettre en pratique les principes théoriques abordés largement dans la Réponse à Nichinyo.

  • samedi 18 avril 2015
    La biographie sacrée dans le bouddhisme tibétain– Elijah Ary - séance initialement annoncée pour le 10 janvier 2015
    Les tibétains semblent être fascinés par la vie de leurs maîtres. En effet, la biographie (rnam thar) constitue un genre littéraire important et volumineux dans le bouddhisme tibétain. Plus que de simples textes contenant des informations historiques sur la vie de leurs héros, ces œuvres sont souvent sources d’inspiration et des guides pratiques pour leurs lecteurs. Mais elles peuvent avoir d’autres fonctions. Dans ce cours de trois heures seront présentés les différents types de biographie sacrée tibétaine ainsi que quelques théories sur le rôle que celles-ci peuvent jouer dans l’histoire et la formulation du bouddhisme tibétain.

  • samedi 13 juin 2015
    Les Paritta : textes et usages des « chants de protection » en pāli – Nalini Balbir
    Les chants de protection, ou paritta, sont l'un des genres littéraires les plus importants du bouddhisme, mais ils sont encore peu étudiés. On les trouve, dès l'époque la plus ancienne, dans toutes les langues du bouddhisme, et notamment en pāli. Ils sont aussi les plus actuels. En effet, qu'ils appartiennent au Tipiṭaka proprement dit ou qu'ils soient plus récents, ils sont aujourd'hui chantés, dans leur langue originale, par tous les fidèles bouddhistes du monde Theravāda. Exprimant les valeurs au cœur de l'enseignement, ils ont également des utilisations pratiques, au plan individuel, mais aussi dans le contexte étatique : chanter les paritta est supposé aider à lutter contre les ennemis ou les envahisseurs, comme le montre l'histoire. Notre intervention informera sur ce corpus et montrera les formes de son actualité.
     

Séance exceptionnelle - hors cycle

Proposée aux étudiants adhérents en 2013-2014, inscrits à la séance prévue le 14 juin 2014, annulée pour cause de grève à la SNCF...

samedi 9 mai 2015
Le Gaṇḍavyūha de l’Avataṃsaka-sūtra – Patrick Carré
Le Gaṇḍavyūha est considéré par les bouddhistes chinois comme le dernier quart du Sūtra de l’Avataṃsaka (ou « Sūtra d’Ornementation Fleurie »). Les trois premiers quarts du Sūtra décrivent la théorie dont le Gaṇḍavyūha, appelé « Entrée dans la dimension absolue » en chinois, est la pratique. L'oeuvre se compose de trois parties : un prologue de trois chapitres, un « pèlerinage » en cinquante chapitres, où Sudhana, le bodhisattva héros du récit, rencontre cinquante amis de bien ou maîtres spirituels qui lui « transmettent la dimension absolue » sous l’aspect d’une « libération des bodhisattva ». Enfin, le livre se conclut sur un épilogue en trois chapitres : 1. Maitreya ; 2. Mañjuśrī ; et 3. Samantabhadra. C’est le chapitre « Maitreya » qui est le plus souvent cité par les auteurs aussi bien chinois que tibétains, car on y trouve de superbes enseignements sur l’esprit d’Éveil, ainsi que l’image la plus parlante de la dimension absolue : le « pavillon des Ornements Essentiels de Vairocana ». Le chapitre « Mañjuśrī » est des plus brefs mais des plus significatifs dans la mesure où il fait comprendre au lecteur que la première production de l’esprit d’Éveil est à elle-seule l’émergence de l’insurpassable Éveil authentique et parfait. Enfin, le chapitre « Samantabhadra » décrit l’apothéose et l’accès à la pleine bouddhéité du « jeune Sudhana ».

 

=> présentation des intervenants
 

Tarifs et inscriptions

Tarifs
  • le cycle entier (5 séances) :
    tarif plein : 99 €
    tarif réduit : 78 €
    Le tarif réduit est attribué aux étudiants et aux demandeurs d'emploi sur présentation (ou envoi d'une photocopie) d'un justificatif en cours de validité. Il peut aussi être accordé à toute personne pouvant justifier de faibles ressources.

Il est possible de régler en trois versements trimestriels
(tarif plein : 3 x 33 € ; tarif réduit : 3 x 26 €)

=> 1er versement : à l'inscription, avant le 12 octobre
=> 2e versement : dans un délai de 3 mois, avant le 15 janvier
=> 3e versement : dans un délai de 6 mois, avant le 15 avril
En cas de paiement par chèque, les trois chèques peuvent être remis à l'inscription
Ils seront encaissés à la fin des mois indiqués ci-dessus

  • à la séance :
    adhérents : 22 €
    non adhérents : 25 €
     
Inscriptions

Ces cours sont accessibles à toute personne adhérente de l'IEB, avec inscription pour le cycle entier ou à la séance. Ils sont aussi accessibles aux non-adhérents, à la séance.
Les inscriptions au cycle entier seront toujours privilégiées ; les inscriptions à la séance ne seront acceptées qu'en fonction des places disponibles.

Les inscriptions aux cycles entiers doivent être effectuées avant le 11 octobre 2014
Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
L'adhésion n'est pas nécessaire pour assister aux cours accessibles à la séance (dans la limite des places disponibles).

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

 

Introduction à l'art bouddhique

Approches thématiques - cycle 4

calendrier des cours
année universitaire 2014-2015

5 séances, le samedi après-midi, de 15 h à 18 h (nouveaux horaires !)
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Art »]
 

Ce cycle de cours est aussi accessible en visio-conférence (en direct et en différé)

Les inscriptions peuvent s'effectuer pour le cycle entier ou à la séance
(seule une inscription "à la séance" est accessible aux non-adhérents)

 

  • samedi 18 octobre 2014
    Reliques et reliquaires bouddhiques – Helen Loveday
    Le culte voué aux reliques dans le bouddhisme est à la fois extrêmement ancien et très largement répandu. De son vivant déjà, le Bouddha avait expressément autorisé la construction de structures destinées à renfermer des reliques, les stûpas. Le partage post-crématoire des reliques du Bouddha est un épisode bien connu qui sert de fondement à un développement plus large de la croyance en leur efficacité et leur pouvoir quasi magique, qui sera étendue aux reliques de personnages saints à toutes les époques et dans toutes les régions où le bouddhisme est diffusé. La vénération des reliques va conduire à la réalisation d'œuvres artistiques extraordinaires, qu’il s’agisse des précieux reliquaires dans lesquels ces objets sacrés sont  placés, ou des stûpas et des pagodes qui les abritent. Mais quelle est la fonction de la relique dans le bouddhisme? Comment concilier la vénération de reliques physiques avec une doctrine qui prône le rejet de l'enveloppe physique, le détachement du monde matériel ? S'agit-il d'un simple rappel du Bouddha, d'un symbole commémoratif ou les reliques ont-elles une signification plus profonde ?

  • samedi 15 novembre 2014
    L’art bouddhique japonais (2) – Véronique Crombé
    Cinquante années environ furent nécessaires, après sa « transmission » officielle de la Corée au Japon en 552, pour que le bouddhisme puisse véritablement s’implanter dans l’archipel. Le cours de l’année 2013-2014 a évoqué les débuts de l’art bouddhique japonais : comment, dès la fin du VIème siècle, ont été édifiés les premiers temples et réalisées les premières statues, sous une double inspiration chinoise et coréenne indéniable. A la fin du IXème siècle, les relations avec le grand voisin chinois se distendent et le Japon commence à se libérer de sa source continentale. Les écoles bouddhiques se multiplient et l’iconographie se diversifie. Peintures et sculptures prennent une saveur plus spécifiquement japonaise. La période Kamakura, grande époque de réforme du bouddhisme avec l’implantation du Zen, le plein épanouissement des écoles de la Terre Pure et la prédication de Nichiren, correspond également à une phase de renouvellement spectaculaire de l’art bouddhique, marquée par un souci de réalisme sans précédent. Outre  les arts plastiques, tous les domaines de la culture japonaise — poésie, art des jardins, art du thé… — reçoivent bientôt, à des degrés divers, la marque du bouddhisme.

  • samedi 6 décembre 2014
    L’art bouddhique ancien en Asie du Sud-Est (2) – Emmanuel Guillon
    Ce cours reprendra certaines données du cours de l'année 2013-14, mais en analysant :
    1. Le sens et la portée des textes des inscriptions bouddhiques gravées sur pierre, à partir de quelques textes retrouvés à Pagan et Pégou (nouveau nom Bago) pour la Birmanie ancienne, de Nakhorn Pathom pour la Thaïlande ancienne, et de Dong Duong pour le Champa ancien du Viet Nam ;
    2. L'iconographie et son sens dans la sculpture bouddhique ancienne, à partir d'œuvres de "Dvaravati" en Thaïlande et de sculptures retrouvées au Viet Nam. ;
    3. L'insertion de l'architecture dans des paysages et un espace mythifiés, en prenant comme exemples la tradition Môn du Pégou "médiéval" et la place des temples (des "kalan") des plaines côtières du centre Vietnam, et en évoquant  plus particulièrement les adaptations bouddhiques de certains édifices de cette dernière région.

  • samedi 31 janvier 2015
    L’art de représenter le Buddha – Guy Bellocq 
    L’art de représenter le Buddha historique a évolué sur plusieurs siècles dans l’espace de l’Asie bouddhique. Nous détaillerons cette évolution sous l’influence originelle de la statuaire gréco-romaine ou des divinités locales indiennes ; nous étudierons l’importance des normes iconométriques communes au bouddhisme, à l’hindouisme et au jaïnisme appliquées par les ateliers d’artiste ; nous assisterons à la naissance des codifications iconographiques de la vie du Buddha historique ; enfin un regard sur les évolutions issues des différents pays d’Asie nous permettra de parachever cette mise en perspective de l’iconographie de Śakyāmuni qui a permis aux artisans de représenter l’irreprésentable : la sagesse, la sérénité.

  • samedi 21 février 2015
    Sāñcī, la "colline aux sanctuaires" – Dominique Trotignon
    Près du village de Sāñcī s'élève la "colline aux sanctuaires" (cetiya-giri) qui conserve les stūpa les plus anciens de l'Inde. Le site aurait été fondé par le roi Aśoka (IIIe s. av. J.-C.) et resta occupé durant quinze siècles, jusqu'à l'invasion des Moghols qui l'épargnèrent de la destruction. La végétation recouvrit le site déserté et, oubliés, les monuments demeurèrent presque intacts, dont les « portails monumentaux » (torana) des stūpa 1 et 3, célèbres pour leurs sculptures remarquables. Ils constituent un témoignage irremplaçable de l'art bouddhique ancien et un véritable "livre de pierre" mêlant représentations d'épisodes de la dernière vie du Buddha et de ses vies antérieures (jātaka), scènes de vie et épisodes historiques, motifs floraux et représentations d'animaux...

=> présentation des intervenants
 

Tarifs et inscriptions

Tarifs
  • le cycle entier (5 séances) :
    tarif plein : 99 €
    tarif réduit : 78 €
    Le tarif réduit est attribué aux étudiants et aux demandeurs d'emploi sur présentation (ou envoi d'une photocopie) d'un justificatif en cours de validité. Il peut aussi être accordé à toute personne pouvant justifier de faibles ressources.

Il est possible de régler en trois versements trimestriels
(tarif plein : 3 x 33 € ; tarif réduit : 3 x 26 €)

=> 1er versement : à l'inscription, avant le 12 octobre
=> 2e versement : dans un délai de 3 mois, avant le 15 janvier
=> 3e versement : dans un délai de 6 mois, avant le 15 avril
En cas de paiement par chèque, les trois chèques peuvent être remis à l'inscription
Ils seront encaissés à la fin des mois indiqués ci-dessus

  • à la séance :
    adhérents : 22 €
    non adhérents : 25 €
     
Inscriptions

Ces cours sont accessibles à toute personne adhérente de l'IEB, avec inscription pour le cycle entier ou à la séance. Ils sont aussi accessibles aux non-adhérents, à la séance.
Les inscriptions au cycle entier seront toujours privilégiées ; les inscriptions à la séance ne seront acceptées qu'en fonction des places disponibles.

Les inscriptions aux cycles entiers doivent être effectuées avant le 11 octobre 2014
Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
L'adhésion n'est pas nécessaire pour assister aux cours accessibles à la séance (dans la limite des places disponibles).

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

 

Ateliers

Les Ateliers proposent d'aborder un thème, une oeuvre, une notion, une langue, etc. de manière interactive, par l'étude de documents et la réflexion personnelle, sous la direction d'un enseignant de l'IEB.

Même si les enseignants sont amenés à proposer quelques exposés magistraux, les "Ateliers" supposent une participation réelle et active des étudiants. Selon les thèmes abordés, ils sont invités à lire, préalablement aux séances de cours, un ou plusieurs textes sur le sujet étudié. L'enseignant ouvre des pistes de recherches, pose les problèmes, apporte les informations indispensables... Il s'agit d'une invitation à une réflexion menée en commun afin que chaque séance donne lieu à des échanges.
Ces ateliers sont accessibles à toute personne ayant déjà suivi des cycles de cours de l'IEB ou pouvant justifier d'une bonne connaissance générale du bouddhisme ou du sujet spécifique abordé.
 

année universitaire 2014-2015

Cette année universitaire 2014-2015, l'IEB propose quatre ateliers.

Cycle 1

Découverte du canon pāli

avec Dominique Trotignon

10 séances, le jeudi soir, de 19 h à 21 h
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Pāli »]

Cet Atelier peut aussi être suivi en visio-conférence (en direct et en différé)

Le canon pāli est le plus ancien témoignage écrit de la transmission de l’enseignement bouddhique dont nous disposions aujourd’hui. Cet atelier se présente comme une « découverte accompagnée » et se propose d’en faire découvrir les particularités à travers l’étude de textes choisis en fonction de leur traitement d’un thème. On pourra ainsi mieux en découvrir les caractéristiques en confrontant des textes de formes et d’époques différentes, répartis dans ses différents volumes.
On privilégiera les textes disponibles en traduction française, mais on pourra aussi se référer à des traductions anglaises. Le texte pāli sera aussi utlisé, notamment pour clarifier les questions de lexique.
Attention : cet Atelier n'est pas un cours d'initiation à la langue du pāli !
Cet Atelier a débuté en 2012-2013 et est susceptible de se poursuivre encore sur plusieurs années...

Durant cette année 2014-2015, on partira de l'étude du terme sati pour parcourir ensuite divers textes présentant les pratiques de « développement» (bhavana) de l'esprit (citta).
Le terme sati est généralement traduit, en français, par
« attention », mais son sens premier, étymologique, est celui de « mémoire ». Comment concilier ces deux significations a priori si différentes ?
En langue anglaise, sati a été rendu par des expressions comme
« mindfulness» (« pleine conscience ») ou « bare attention » (« attention nue »), et ces traductions ont donné lieu à des interprétations diverses - qui sont notamment à l'origine du dévelopement récent de la MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction, « réduction du stress basée sur la pleine conscience »).
De telles interprétations sont-elles en accord ou en contradiction avec la tradition bouddhique du Canon pāli et de ses Commentaires ? Et, de façon plus générale, certaines présentations contemporaines de la « méditation bouddhique » rendent-elles réellement compte des pratiques préconisées par le Buddha et ses successeurs pour parvenir à « l'arrêt de l'insatisfaction » (dukkha-nirodha) ?
 

Calendrier :
  • les jeudis 16 octobre, 13 novembre et 11 décembre 2014, 8 janvier, 5 et 26 février, 26 mars, 16 avril, 21 mai et 18 juin 2015

=> présentation de l'intervenant
 

Tarif et inscriptions en bas de page
 


Cycle 2   (1 & 2)

Introduction à l'éthique bouddhique

avec Dominique Trotignon

4 + 5 séances, le mardi soir, de 19 h à 21 h
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Ethique »]

Cet Atelier peut aussi être suivi en visio-conférence (en direct et en différé)
 

On considère souvent l’existence d’une « éthique bouddhique » comme une évidence… Mais l’emploi de termes et de catégories pensées en Occident au cours d’une longue histoire (depuis les Grecs de l’Antiquité jusqu’aux modernes) ne facilite pas toujours la compréhension des spécificités du bouddhisme dans ce domaine. Cet atelier propose à ses participants de mener une réflexion critique commune afin de tenter de définir quelles seraient les caractéristiques et les modalités d'application d’une « éthique bouddhique ».
Cet Atelier a débuté en 2013-2014 et est susceptible de se poursuivre encore sur plusieurs années...

Cette année 2014-15, ce cycle est divisé en deux parties :

1ère partie (séances 1 à 4)
4 séances de formation théorique, à partir de l'étude de textes tirés du Canon du bouddhisme ancien et du Mahāyāna, permettront de définir les grandes caractéristiques d'une « éthique bouddhique ». La lecture complémentaire de textes d’auteurs contemporains du « bouddhisme engagé » incitera aussi à développer une réflexion personnelle sur des thèmes comme la justice, la violence, le végétarisme, etc.
Cette 1ère partie est particulièrement destinée aux personnes qui n'ont pas suivi la formation donnée en 2013-14.

2e partie (séances 5 à 9)
5 séances de réflexion pratique, sur des sujets de débat contemporains (questions de société et éthiques : avortement, euthanasie, clonage...), confrontant des prises de position de bouddhistes contemporains et la réflexion propre des participants à l'Atelier, basée sur les éléments théoriques définis précédemment.
Pour suivre cette 2e partie, il est impératif d'avoir suivi la 1ère partie (séances 1 à 4).
 

Calendrier :
  • 1ère partie : les mardis 21 octobre, 18 novembre, 16 décembre 2014 et 13 janvier 2015
  • 2e partie : les mardis 10 février, 10 mars, 7 avril, 5 mai et 2 juin 2015

=> présentation de l'intervenant
 

Tarif et inscriptions en bas de page
 


Cycle 3

Découverte du « Shōbōgenzo » de maître Dōgen

avec Yoko Orimo

15 séances :
le lundi soir, de 19 h à 21 h, au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Dōgen »]

Cet Atelier peut aussi être suivi en visio-conférence (en direct et en différé)

Cet atelier permet d’approfondir la lecture du Shōbōgenzō, rédigé par le maître japonais Dōgen (1200-1253), recueil composite de 92 textes qui est au sommet de la littérature du Zen. C’est une œuvre à multiples facettes avec des dimensions poétique, philosophique, religieuse, mystique, existentielle.
Nous étudions texte par texte la version originale en japonais et sa traduction française en les confrontant à des traductions en langue anglaise. La pédagogie est interactive : chaque participant est invité à exposer son point de vue, qu’il soit d’origine académique, artistique, existentiel ou issu de la pratique de zazen. Il n’est pas nécessaire de connaître les langues chinoise ou japonaise. L’atelier initie à la connaissance de la syntaxe, du vocabulaire et des kanji utilisés dans la tradition Chan et Zen.
Cet Atelier est la continuation de ceux proposés en 2012-13 et 2013-14 ; il est néanmoins accessible à toute personne qui n’aurait pas suivi les séances effectuées. Cf. « Blog de l’Atelier » : http://www.shobogenzo.eu/

Calendrier :

  • texte 1 : Keisei-sanshoku « la voix des vallées, les formes-couleurs des montagnes »
    4 séances  : les lundis 13 et 27 octobre, 10 et 24 novembre 2014

La voix des vallées, les formes-couleurs des montagnes [Keisei-sanshoku 渓声山色] aborde le thème de la Nature. Mais si c’est de la Nature dont parle ici Dôgen, c’est paradoxalement le naturalisme qui fait les frais de sa critique. En effet, la Nature telle que l’Œil de l’Eveillé la perçoit dans sa pureté originelle est tout autre que celle perçue chez le commun des mortels en tant que données sensibles immédiates.  Conformément au thème traité, le Keisei-sanshoku est un texte plein de poésie avec de très belles images de la Nature.

  • texte 2 : Bodaisatta-shishôbô « Les quatre attributs pratiques de l’être d’Eveil »
    1 séance  : le lundi 8 décembre 2014

Les quatre attributs pratiques de l’être d’Eveil [Bodaisatta-shishôbô 菩提薩埵四攝法], rédigé dans un style sobre et limpide, présente les quatre attributs pratiques de l’être d’Eveil : (1°) le don [fuse 布施<s>dâna], (2°) la parole d’amour [aigo 愛語<s>priya-vâditâ ], (3°) la pratique altruiste [rigyô 利行<s>artha-caryâ] et (4°) l’accord [dôji 同事<s>samâna-arthatâ]. Par sa dimension profondément religieuse et sa simplicité, le Bodaisatta-shishôbô révèle une autre facette, presque ignorée en Occident, de l’enseignement de Dôgen. Il s’agit, à notre avis, de l’un des chefs-d’œuvre du Shôbôgenzô.  

  • texte 3 : Hotsu-mujôshin  « Déploiement du cœur sans au-delà »
    3 séances  : les lundis 5 et 19 janvier, 2 février 2015

Déploiement du cœur sans au-delà [Hotsu-mujôshin 発無上心] témoigne, avec fraîcheur et dynamisme, d’une grande ouverture face au monde séculier, dans la mesure où Dôgen y affirme les merveilles du déploiement du cœur de l’Eveil dans la vie laïque. « S’il en est ainsi, affirme-t-il, les constructions de la pagode et de la statue de l’Eveillé entreprises en ce moment sont justement le déploiement du cœur de l’Eveil. C’est ce déploiement du cœur qui nous conduit directement à la réalisation de l’état de l’Eveillé. (…) »

  • texte 4 : Menju  « Transmission face à face »
    3 séances  : les lundis 23 février, 9 et 23 mars 2015

Transmission face à face [Menju 面授] désigne, selon l’acception commune, l’enseignement de l’Eveillé directement conféré du maître à son disciple, face à face, sans intermédiaire. Le sens que Dôgen attribue à ce terme menju est cependant infiniment plus profond. La face de l’Eveillé-Shâkyamuni transmise face à face dans l’unité de l’intérieur et de l’extérieur, de la surface –du visage- et de la profondeur –du cœur-, renvoie bien évidemment à la scène fondatrice de la Voie de l’Eveillé dans laquelle le visage de Kâçyapa refléta, avec sourire, le cœur de l’Eveillé-Shâkyamuni : la vraie Loi, Trésor de l’Œil [shôbôgenzô 正法眼蔵] – le cœur sublime du Nirvâna [nehan-myôshin 涅槃妙心].  

  • texte 5 : Shin-fukatoku  « Le cœur n’est pas à saisir »
    1 séance  : le lundi 20 avril 2015

Le cœur n’est pas à saisir [Shin-fukatoku 心不可得] présente un commentaire de la fameuse rencontre qui eut lieu entre Tokusan Senkan (782--865), grand spécialiste du Sûtra de Diamant, et une vieille marchande de galettes. Celle-ci, ayant réduit au silence le savant bouddhiste gonflé de l’orgueil, refusa de lui vendre la galette, et Tokusan de se lamenter : « Une galette en tableau [gabyô 画餅] n’apaise pas la faim ! » 

  • texte 6 : Butsudô  « La Voie de l’Eveillé »
    3 séances : les lundis 11 mai, 1er et 15 juin 2015

La Voie de l’Eveillé [Butsudô 仏道] forme avec L’enseignement de l’Eveillé [Bukkyô 仏教] et Les sûtras bouddhiques [Bukkyô 仏経] la trilogie apologétique du Shôbôgenzô. L’argument essentiel du Butsudô consiste à dire qu’il ne doit pas exister dans la Voie de l’Eveillé d’appellation pour les écoles particulières y compris celle du Zen ainsi que celles de Sôtô, de Rinzai, d’Unmon, etc. La grande Voie des éveillés et des patriarches, pour Dôgen, est Une et ne doit pas faire l’objet d’une appropriation par un quelconque esprit sectaire. Dans ce texte, on découvre en effet l’un des aspects les plus singuliers et les plus frappants de l’enseignement bouddhique de maître Dôgen     
 

Tous les textes étudiés sont extraits de la traduction intégrale que Yoko Orimo a publiée aux éditions Sully, sous le titre de "Shôbôgenzô, La Vraie Loi, Trésor de l'œil" :
- La voix des vallées, les formes-couleurs des montagnes [Keisei-sanshoku] : tome 1 (2005, réédition 2012)
- Les quatre attributs pratiques de l’être d’Eveil [Bodaisatta-shishôbô] : tome 6 ( 2012)
- Déploiement du cœur sans au-delà [Hotsu-mujôshin] : tome 1 (2005, réédition 2012)
- Transmission face à face [Menju] : tome 7 (2013)
- Le cœur n’est pas à saisir [Shin-fukatoku] : tome 5 (2011)
- La Voie de l’Eveillé [Butsudô] : tome 4 (2009)

=> présentation de l'intervenante
 

Tarif et inscriptions en bas de page
 


Cycle 4

Initiation à la langue japonaise, classique et moderne

avec Yoko Orimo

15 séances, le lundi soir, de 19 h à 20 h 30
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Japon »]

Cet Atelier peut aussi être suivi en visio-conférence (en direct et en différé)

Programmés en tandem avec les ateliers d’étude du Shōbōgenzō, ces cours de langue japonaise ont une visée d’abord culturelle : à travers l’apprentissage pratique de la syntaxe, des alphabets japonais (kana) et des caractères sino-japonais (kanji), ils permettront d’initier les participants à la spécificité de la langue japonaise et de les faire accéder, avec des cas concrets, à l’une des problématiques majeures du Shōbōgenzō : le rapport dynamique articulant traduction, transformation et transmission, autour du terme clé : shōden « transmission juste ».
Passant d’une langue à une autre, ce n’est pas seulement le mot qui change, mais aussi le mode de pensée et de perception. Le langage est l’« œil » de la pensée ; il se laisse oublier quand nous pensons. C’est comme l’œil dans la perception qui nous fait voir sans qu’il ne se voie lui-même. Avant de discuter en vérité le « contenu » de la pensée et de la perception de telle ou telle tradition, il est donc essentiel de connaître la nature même de cet « œil » : le contenant.
Ces cours sont en principe proposés à ceux qui ont déjà suivi l’ensemble des séances de 2013-2014. Les débutants ne seront pas pour autant exclus ; des séances de rattrapage et de évision seront intégrées selon le niveau et le besoin des étudiants. Bien sûr, de nouveaux arrivants ayant déjà acquis les bases seront bienvenus.
Afin de souligner le lien effectif entre l’étude de la langue et la connaissance bouddhique, on propose cette année 2014-15, outre le programme général, la lecture continue d’un texte original en japonais du Shôbôgenzô : Shôji 生死 « Naissances et morts » écrit en hiragana (l’alphabet japonais).  
 

Calendrier :
  • les lundis 20 octobre ; 3 et 17 novembre ; 1er et 15 décembre 2014 ; 12 et 26 janvier ; 9 février ; 16 et 30 mars ; 13 avril ; 4 et 18 mai ; 8 et 22 juin 2015

=> présentation de l'intervenante

 


Tarifs et inscriptions

Tarifs
  • Découverte du canon pāli (cycle entier de 10 séances)
    tarif plein : 159 € (ou 3 x 53 €)
    tarif réduit : 126 € (ou 3 x 42 €)
  • Introduction à l'éthique bouddhique (2 cycles entiers de 4 et 5 séances)
    éthique - 1 (4 séances) : tarif plein : 63 € (ou 3 x 21 €) ; tarif réduit : 48 € (ou 3 x 16 €)
    éthique - 2 (5 séances) : tarif plein : 81 € (ou 3 x 27 €) ; tarif réduit : 63 € (ou 3 x 21 €)
  • Découverte du Shōbōgenzō
    (cycle entier de 15 séances ou nombre de séances variable selon le texte étudié : 1, 3 ou 4)
    cycle entier : tarif plein : 180 €  (ou 3 x 60 €) /  tarif réduit : 144 € (ou 3 x 48 €)
    1 séance : tarif plein : 15 €  /  tarif réduit : 12 €
    3 séances : tarif plein : 39 €  /  tarif réduit : 30 €
    4 séances : tarif plein : 51 €  /  tarif réduit : 39 €
  • Initiation à la langue japonaise (cycle entier de 15 séances)
    tarif plein : 150 € (ou 3 x 50 €)
    tarif réduit : 120 € (ou 3 x 40 €)

Le tarif réduit est attribué aux étudiants et aux demandeurs d'emploi sur présentation (ou envoi d'une photocopie) d'un justificatif en cours de validité. Il peut être accordé à toute personne pouvant justifier de faibles ressources.

Il est possible de régler en trois règlements trimestriels

=> 1er versement : à l'inscription, avant le 12 octobre
=> 2e versement : dans un délai de 3 mois, avant le 15 janvier
=> 3e versement : dans un délai de 6 mois, avant le 15 avril
En cas de paiement par chèque, les trois chèques peuvent être remis à l'inscription
Ils seront encaissés à la fin des mois indiqués ci-dessus

 

Inscriptions

Les inscriptions aux cycles entiers doivent être effectuées avant le 11 octobre 2014
Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
 

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

 

Conférence exceptionnelle

L'IEB est heureux de pouvoir accueillir,
pour une conférence exceptionnelle
 

  • samedi 29 novembre 2014
    de 15 h à 18 h
    au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris

Le maître Zen Keizan et le pouvoir des rêves – Bernard Faure
Keizan Jōkin est, après Dōgen, le principal patriarche de la secte Sôtô du Zen japonais. Il est l'auteur de divers ouvrages de facture assez classique, ainsi que d'une Règle monastique. Mais on lui est également redevable d'un texte relatif à la fondation du monastère Yōkōji dans la péninsule de Noto, ouvrage qui constitue entre autres choses une sorte de recueil des rêves et visions qui guidèrent sa pratique pendant la seconde partie de sa vie. C'est sur la base de ce recueil que j'essaie d'examiner la place du rêve dans le bouddhisme japonais, et ses rapports eventuels avec l'Éveil.

FAURE_Bernard.jpgBernard Faure enseigne l'histoire des religions d'Asie à l'Université Columbia (USA). Il est spécialiste du bouddhisme sino-japonais (en particulier le Zen et le bouddhisme tantrique) dans ses rapports avec la religion japonaise. Il a publié un certain nombre d'ouvrages en anglais et en français, parmi lesquels Sexualités bouddhiques (Flammarion), Bouddhismes, philosophies et religions (Flammarion), L'imaginaire Zen (Les Belles Lettres), Bouddhisme et violence (Le Cavalier Bleu). Il termine actuellement une série de quatre livres sur les dieux et les démons du Japon médiéval et travaille sur deux autres projets : "Les Vies indiennes et sino-japonaises du Buddha", et "Bouddhisme, philosophie de l'esprit et neurosciences".
 

Tarifs et inscriptions

Tarifs

à la séance :

  • adhérents : 22 €
  • non adhérents : 25 €
     
Inscriptions

Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.

Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
L'adhésion n'est pas nécessaire pour assister aux cours accessibles à la séance (dans la limite des places disponibles).

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

 

Journées thématiques

Une Journée complète...
pour découvrir ou approfondir !

 


Ces Journées sont accessibles aux non-adhérents



samedi 8 novembre 2014

Le don (dāna), l’abandon et la générosité (cāga)
avec Dominique Trotignon

de 10 h à 18 h
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Journée - 1 »]
 

Cette Journée peut aussi être suivie en visio-conférence (en direct et en différé)
 

Bien qu'il n'apparaisse pas dans la liste des « facteurs de l'Eveil », le don (dāna) est considéré comme une pratique fondamentale du bouddhisme et la première des « activités suprêmes » (pāramī) qu'accomplit un bodhisatta tout au long de sa carrière. Loin de consister - comme on le dit trop souvent - en le seul échange de don matériel par les maîtres de maison, contre le don de l'enseignement (Dhamma) par les bhikkhu, il concerne tout disciple du Buddha et peut prendre des formes multiples, de même qu'il procure des bénéfices variés, longuement décrits et commentés dans les textes de langue pālie : sutta, Jātaka et Traités... Nous tenterons, durant cette journée, d'effectuer une synthèse de cette abondante littérature et de mieux comprendre cette pratique et ses conséquences, jusqu'à son parachèvement dans la qualité d'abandon et de générosité (cāga).

=> présentation de l'intervenant

Tarif et inscriptions en bas de page
 



samedi 24 janvier 2015

La liberté spirituelle
dans le Dzogchen et le Śivaïsme du Cachemire (Trika)

avec Philippe Cornu et Colette Poggi

de 10 h à 18 h
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Journée - 2 »]
 

Cette Journée peut aussi être suivie en visio-conférence (en direct et en différé)
 

Cette journée sera consacrée à deux voies non-dualistes, l’une bouddhique, le Dzogchen ou Grande Perfection, notamment représentée par des œuvres de Longchenpa (XIVe s.), et l’autre hindouiste, le Trika, une expression mystique śivaïte propre au Cachemire, avec des auteurs tels qu’Abhinavagupta (X-XIe s.). Toutes deux, nées selon la tradition dans les régions du Nord-Ouest de l’Inde, présentent des analogies frappantes dans leur insistance sur l’esprit et son auto-illusionnement, mais aussi sur une libération qui dépend essentiellement de la reconnaissance directe en soi de notre véritable nature libre et éveillée. Il s’agira de montrer ces analogies sans oublier les différences doctrinales qui constituent le cadre de ces approches directes du Réel.

=> présentation des intervenants

Tarif et inscriptions en bas de page
 



samedi 7 mars 2015

Mettā & karunā, « amour & compassion » ?
avec Dominique Trotignon

de 10 h à 18 h
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Journée - 3 »]
 

Le plus souvent traduit par les termes d'« amour » et de « compassion », les qualités de mettā (skt. maitri) et karunā constituent deux des quatre pratiques des « brahma-vihāra » ou « quatre illimités », communes à toutes les traditions bouddhiques indiennes. Mais si les textes du Mahāyāna privilégient karunā, la littérature pālie du Theravāda, elle, semble accorder plus d'importance à mettā, dont la signification se révèle bien différente de l'idée qu'on s'en fait généralement en Occident - notamment à partir des enseignements du Mahāyāna.

La journée se présentera sous la forme d’un atelier et les participants seront invités à une étude partagée de documents (fournis à l’avance), qui leur permettra de proposer un questionnement critique et de s'approprier l'essentiel des connaissances. Les échanges avec l’enseignant permettront de vérifier les acquis et de résoudre les difficultés de compréhension.

=> présentation de l'intervenant

Tarif et inscriptions en bas de page
 



samedi 11 avril 2015

Les fondamentaux du bouddhisme
avec Dominique Trotignon

de 10 h à 18 h
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Journée - 4 »]
 

Une journée pour une première approche (pour les grand débutants) ou pour revenir aux notions les plus essentielles (pour ceux qui disposent déjà d'une certaine connaissance).
On prendra appui sur les connaissances (même très succinctes...) des participants pour mettre en évidence les bases les plus fondamentales de l'enseignement et de la pratique bouddhiques et les grands repères indispensables pour connaître et comprendre ses principales évolutions.
Les échanges seront privilégiés, mais on proposera aussi l'étude de textes de référence et de documents iconographiques.

=> présentation de l'intervenant

Tarif et inscriptions ci-dessous
 


Tarifs et inscriptions

Tarifs
  • Une journée - accessible aux non-adhérents

tarif plein : 48 €
tarif réduit : 39 €

Le tarif réduit est attribué aux étudiants et aux demandeurs d'emploi sur présentation (ou envoi d'une photocopie) d'un justificatif en cours de validité. Il peut aussi être accordé à toute personne pouvant justifier de faibles ressources.
 

Inscriptions

Attention ! Nombre de places limité...
L'inscription préalable est obligatoire

Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").
Il sera demandé à chaque participant inscrit (par courriel ou par téléphone) de confirmer sa participation une semaine (7 jours) avant la date de la journée.
Une liste d'attente sera établie pour toute demande parvenue au-delà du nombre de places limité.

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
 

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

 

Soirées

Présentation

L'IEB propose, cette année 2014-15, deux types de Soirées :

1) Soirées "Questions-réponses" : proposées aux étudiants de l'IEB ayant suivi une ou plusieurs années de cours, elles permettront de rencontrer des enseignants spécialistes d'un domaine particulier et de les interroger sur des notions, des perspectives historiques, des points de comparaison.
Les participants seront invités à transmettre, à l'avance, une ou plusieurs questions auxquelles l'enseignant répondra durant la Soirée.

2) Soirées "Rencontre et de découverte" : autour d'une personnalité, d'un livre, de documents visuels...
Même si certaines personnalités invitées seront parfois amenés à présenter leur expérience ou leur travail lors d'un court exposé d'introduction, ces soirées privilégieront avant tout l'échange et les questions-réponses !
 


Seules les Soirées "Rencontre et découverte" sont accessibles aux non-adhérents


année universitaire 2014-2015

Soirées "Questions - réponses"

le mardi soir, de 19 h à 21 h
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Q - R » ]
 

  • mardi 25 novembre 2014
    Bouddhisme et philosophie, avec Françoise Bonardel
     
  • mardi 27 janvier 2015
    Bouddhisme ancien & Theravāda, avec Dominique Trotignon
     
  • mardi 3 mars 2015
    Bouddhisme Mahāyāna & Vajrayāna, avec Philippe Cornu
     
  • mardi 19 mai 2015
    Bouddhisme et christianisme, avec Eric Vinson

 


Soirées "Rencontre & découverte"

le mardi ou le jeudi soir, de 19 h à 21 h
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Soirée » ]
 

mardi 14 octobre 2014
Le bouddhisme cambodgien confronté à la modernité (1850-1970), avec Alain Forest

khmer_monk.jpgL’approche orientaliste dominante en France a quelque peu occulté l’étude des évolutions du bouddhisme (sur lesquelles les influences de l’orientalisme français ont cependant été importantes). Depuis deux décennies, des travaux nouveaux ont vu le jour, qui permettent de retracer l’histoire complexe et les orientations particulières des mouvements « réformateurs » dans le bouddhisme cambodgien depuis 1850. Cette histoire et ces orientations sont à la fois des vecteurs et des révélateurs de la nature des changements socio-politiques du Cambodge moderne et contemporain.

FOREST_Alain.jpgAlain Forest, professeur émérite de l’Université Paris-Diderot (Histoire et civilisation des sociétés et pays d’Asie du Sud-Est), s’est particulièrement intéressé aux contacts religieux entre Occident et sociétés de l’Indochine (Les missionnaires français au Tonkin et au Siam – 17ème-18ème siècle. Analyse comparée d’un relatif succès et d’un total échec, 3 vols, L’Harmattan) et aux expressions religieuses du Cambodge (Le culte des génies protecteurs neak ta au Cambodge, Paris, L’Harmattan ; Histoire religieuse du Cambodge, Paris, les Indes Savantes, 2012).

 


jeudi 20 novembre
Décrypter les « modernistes » :
Le Buddha vu par Thich Nhat Hanh
, avec Dominique Trotignon

Thich-Nhat-Hanh_Sur-les-traces-de-Siddharta.jpgAutour du livre « Sur les traces de Siddharta », de Thich Nhat Hanh
Cet ouvrage de Thich Nhat Hanh est un très bon exemple de l'habitude bouddhique d'adapter la biographie du Buddha à la présentation d'un enseignement spécifique à une école particulière. Nous proposerons de comparer certains récits de Thich Nhat Hanh aux versions présentes dans les textes anciens afin de mieux saisir la "modernisation" effectuée par le maître vietnamien qui ne fait, ici, que perpétuer une tradition deux fois millénaire !

TROTIGNON_Dominique.jpgDirecteur de l'Institut d'Etudes Bouddhiques, président de l’Association « Vivekârâma », Dominique Trotignon effectue des travaux de synthèse et de réflexion sur le bouddhisme ancien de l'Inde et le Theravâda, ainsi que sur l'implantation du bouddhisme en France. Il est l'auteur de La mort est-elle une fin ? (Salvator) et a aussi participé à la rédaction de plusieurs ouvrages collectifs, dont ceux de la collection « Ce qu'en disent les religions » sur le thème Les femmes et les religions et La Création du Monde (éd. de l'Atelier, 2002 et 2004).
 


mardi 2 décembre
Inspiration poétique bouddhique, avec Jigmé Thrinlé Gyatso

Jigme-Thrinle-Gyatso.jpgJigmé Thrinlé Gyatso est né en 1967 à La Roche-sur-Yon, en Vendée. Bien qu’ayant entrepris des études de musique, philosophie et psychologie, il a pris les voeux de novice en 1987. Il a vécu pendant 13 ans en communauté au centre bouddhique Drukpa Kagyü de Plouray, où il a reçu et pratiqué les enseignements du Kagyü Khenchen Yéshé Tcheudar Rinpoché (grand abbé et docteur en philosophie bouddhique) et où il a rempli les fonctions de secrétaire, président et traducteur. De 1994 à 2004 il a reçu la transmission du Mahamoudra auprès de Shri Sengdrak Rinpoché (grand Maître de méditation) à la frontière népalo-tibétaine.

Jigmé-Thrinlé-Gyatso_Silencieux-arpèges.jpgDepuis l’an 2000, il vit solitaire en retraite en Savoie, et continue à recevoir des enseignements de ses Maîtres, notamment du Gyalwang Drukpa. Il consacre aussi une partie de son temps au partage par l’écriture (il est l’auteur de plusieurs ouvrages poétiques, notamment aux éditions de l’Astronome), l’enseignement, le dialogue interreligieux, la collaboration avec de nombreux artistes, la marche et les voyages.
C’est donc son expérience personnelle qu’il nous présentera avec simplicité : sa rencontre avec l’enseignement du Buddha, puis sa rencontre avec les maîtres tibétains, leurs enseignements, leur culture et le rapport avec la culture occidentale (philosophie, pratique des arts, vie quotidienne...).   
 


jeudi 22 janvier 2014
Cérémonies et rituels dans le bouddhisme tibétain, avec Michel Gotin

Bhoutan_068_modifié-1.jpgRites et cérémonies ont toujours fait partie du Bouddhisme et de son enseignement. Cependant nulle par ailleurs qu'en pays Himalayens ils n'atteignent  une telle intensité, une telle perfection dans la chorégraphie, les costumes , les chants, les musiques et l'engagement de toute la communauté monastique. Chaque geste a son histoire, chaque masque son explication. Le peuple ne s'y trompe pas et son adhésion est totale. Ce sont des foules immenses qui se déplacent pour plusieurs jours, sur d'infinies distances,  pour avoir le privilège d'assister, voire de participer à de tels événements.  Au Sikkim, au Bouthan, au Ladakh ainsi qu'au Tibet, par endroits, la magie opère et les moines, à l'issue de plusieurs jours d'un jeûne préparatoire, ne jouent plus un rôle mais deviennent réellement les intercesseurs entre "les dieux" et les hommes. Sans être un spécialiste  Michel Gotin à parcouru un temps ces régions. Il en a ramené quelques témoignages visuels qui permettent de mieux saisir toute la richesse de cette quête mystique, de cette soif de spiritualité qui caractérisent les populations himalayennes.

GOTIN_Michel-1.jpgMichel Gotin exerce son métier de photo-reporter depuis plus de trente ans dans le monde entier. Après avoir collaboré régulièrement à de nombreux magazines français et bon nombre de publications aux Etats-Unis, il privilégie actuellement l’édition. Ayant découvert le bouddhisme lors d'un séjour au Népal , il s’est efforcé d’en retracer le cheminement et le développement en parcourant tous les pays concernés par l’enseignement du Buddha afin aussi d’en saisir les nuances en fonction des pratiques locales, du caractère des populations et de leurs origines ethniques. Il a publié chez Merehurst Press  London « Nepal », en collaboration avec Pierre Toutain, et aux éditions du Seuil « La Terre du Bouddha », avec Philippe Cornu, puis « Birmanie », avec Christine Jordis.


mardi 24 février
T
hème et intervenant encore à déterminer...

 


jeudi 12 mars
Voyages d’un chrétien en mondes bouddhiques, avec Thierry-Marie Courau

Japon, Inde, Népal, Chine, Birmanie, Thaïlande, Cambodge, Laos, Sri Lanka, Vietnam, Corée du Sud, USA, Singapour, Taïwan, autant de pays visités par le frère Thierry-Marie depuis 2004 pour son enseignement et sa recherche sur le bouddhisme à l’Institut catholique de Paris. Pour la première fois, il fera part de ses rencontres, de la variété des doctrines et des pratiques, de la vie des communautés découvertes lors de ses voyages.

COURAU_Thierry-Marie.jpgEnseignant sur les fondements du bouddhisme et sur la théologie du dialogue à l’ISTR-Institut de Science et de Théologie des Religions du Theologicum - Faculté de Théologie et de Sciences religieuses de l’Institut catholique de Paris, dont il est le doyen, le frère Thierry–Marie Courau a d’abord étudié le bouddhisme indo-tibétain. Son travail doctoral a été consacré aux trois Bhavanakrama de Kamalashila. Il est le prêtre référent auprès des autorités bouddhiques délégué par la Conférence des évêques de France. Il participe depuis de nombreuses années au groupe de recherche sur le bouddhisme contemporain constitué de chercheurs de l’IEB et de l’ICP. Il a récemment dirigé un ouvrage collectif sur les fêtes religieuses : Thierry-Marie Courau & Henri de La Hougue (éds.), Rites, fêtes et célébrations de l'humanité, Paris, Bayard, 2012.

 


mardi 14 avril
Projection du film « La Grande assemblée religieuse pour la paix », avec Nicola Schneider

Doc-Schneider-Nicola.jpgDurant cette soirée, Nicola Schneider présentera "La Grande assemblée religieuse pour la paix", un film (18 mn) qu'elle a réalisé dans un monastère tibétain du Kham-Minyak (province chinoise du Sichuan).Ce document ethnographique montre  une fête religieuse qui se déroule deux fois par an. Accompagnées par la voix du lama, initiateur de cette assemblée, sont montrées les différentes activités religieuses qui ont lieu à ce moment : offrandes de fleurs et de lampes à beurre le matin,  construction d’un édifice religieux avec des pierres gravées de prières, quelques rituels et les enseignements conférés par le lama.
 

Nicola Schneider, spécialiste du bouddhisme tibétain, et plus particulièrement de la place de la femme dans la société et le monachisme, enseigne l'anthropologie et la sociologie à l’Université de Poitiers et est intervenante en « ethnologie du Tibet » à l’INALCO. Elle a récemment publié son travail de thèse de doctorat en ethnologie Le renoncement au féminin. Couvents et nonnes dans le bouddhisme tibétain (Presses universitaires de Nanterre, 2013)

 

Le programme des Soirées suivantes (mai et juin) sera diffusé ultérieurement...

 


 

Tarifs et inscriptions

Tarifs
  • tarif unique : 10 €
Inscriptions

Attention ! Nombre de places limité...
L'inscription préalable est obligatoire et s'effectue à la séance.

L'inscription peut être effectuée dès le début de l'année universitaire, à partir du 9 septembre 2014, et jusqu'à une semaine (7 jours) avant la date de la soirée.
Les inscriptions, validées à réception du règlement, seront acceptées en fonction des places disponibles restantes.
Il sera demandé à chaque participant inscrit (par courriel ou par téléphone) de confirmer sa participation une semaine (7 jours) avant la date de la soirée.

Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association n'est pas obligatoire pour s'inscrire à ces Soirées.
L'adhésion couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
 

Adhésion annuelle

cotisation simple : 36 €
cotisation de soutien : 55  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.

 

Voyage culturel

Népal et Tibet
Le bouddhisme en Himalaya

du vendredi 3 au samedi 18 avril 2015
 

Nous sommes désolés, mais devant l'affluence des demandes,
les inscriptions sont désormais closes !!

 

2014-15_Voyage-Tibet_10.04.samye.JPG

2014-15_Voyage-Tibet_Logo_Base-Camp.jpgGrand-logo-IEB_couleur.jpg
Pour organiser ce voyage, l’IEB a mandaté l’agence
« Base Camp - Trekking & Expéditions »
fondée par Jérôme Edou et basée à Kathmandu

 

Points Forts du voyage

  • visite des hauts lieux de la vallée de Kathmandu : stūpa de Bodhnath, villes de Pharphing, Patan et  Bhaktapur ;
  • Lhassa, la capitale tibétaine autour du Potala, ancien palais des Dalaï-lamas, et le Jokhang, le plus ancien temple du Tibet ;
  • les grands monastères de Drépung, Samyé, Gyantsé, Sakya, Mindroling et Ralung, pour une approche des différentes écoles bouddhiques du Tibet ;
  • villages et hauts plateaux au pied de la chaîne himalayenne avant de rejoindre Kathmandu par les petites routes de la campagne népalaise.
  • voyage accompagné par Philippe Cornu et des guides locaux francophones, tibétain et népalais
2014-15_Voyage-Tibet_Carte-Etapes.jpg

Trois jours dans la vallée de Kathmandu, dont 7 sites sont inscrits au Patrimoine mondial. La vallée est depuis des siècles un haut lieu de pèlerinage, de commerce et d’art pour approcher le bouddhisme newar. Les artisans newars construisirent la plupart des monastères, des statues et des peintures du Tibet central.
A Lhassa, Samyé, Sakya ou Gyantsé vous pourrez approcher ces monastères historiques qui ont fait la grandeur du bouddhisme dans sa forme tibétaine et apprécier les chefs-d’œuvre inestimables qui ont traversé les siècles et la révolution culturelle. Mais nous irons aussi dans les lieux reculés où les autres ne vont pas, comme Ralung ou Langkhor, nichés au cœur du haut plateau.
En chemin vers le Népal, vous longerez la formidable barrière himalayenne que dominent les 8.000 m de l’Everest, du Cho Oyu ou du Shijapangma. Puis, abandonnant les hauts cols et l’aridité du plateau, nous plongerons  dans les gorges de la Bhote Kosi pour rejoindre les rizières et la végétation luxuriante du Népal.
Afin de ne pas courir et de prendre le temps d’apprécier ce que nous verrons, nous avons volontairement éliminé certains sites redondants, comme Séra Ganden ou Shigatsé, pour en privilégier d’autres. Ceci nous permettra d’approcher toutes les écoles bouddhiques du Tibet dans leurs diversités.
 

Ce voyage est réservé aux membres adhérents de l’IEB pour l'année 2014-2015

Avant de vous inscrire, assurez-vous d'avoir bien réglé votre adhésion 2014-2015, ainsi que, le cas échéant, l'adhésion de la personne avec laquelle vous souhaitez voyager.
Le nombre d’inscrits est fixé à 20 personnes maximum.
Seront prioritaires : les adhérents de l’IEB (déjà adhérents depuis une ou plusieurs années), n’ayant pas déjà participé à d’autres voyages proposés par l’IEB les années précédentes. En cas de réception de demandes d’un nombre supérieur à 20 personnes, une liste d’attente sera mise en place.
 

Documents à télécharger :

Présentation du voyage
(description et conditions générales)

Bulletin d'inscription

Ce document doit être envoyé, par courrier postal, à :
IEB - Voyage, 29 Bd Edgar-Quinet 75014 Paris

&
contrats Europ'Assistance Multirisque & Annulation

 

Prix

3.200 € par personne en chambre double
3.600 € en chambre single

Ce prix comprend : les transports (vols internationaux et transports sur place), les assurances (annulation, rapatriement, frais médicaux et perte de bagage [avion]), le visa d'entrée au Tibet, l'hébergement, la pension complète, l'entrée sur les sites, les guides francophones, les pourboires (guides et chauffeurs), une bouteille d'eau minérale par personne et par jour (dans le bus). Oxygène à disposition, si nécessaire, au Tibet.
Ce prix ne comprend pas : le visa d'entrée au Népal (30 dollars si pris sur place, ou à prendre au Consulat du Népal avant le départ), les taxes photos sur les sites (attention, cela peut représenter un budget de 5 à 70 euros par site !), les boissons lors des repas et autres dépenses personnelles.

Contact : Nathalie (pour l'IEB) nathalie.carletto@laposte.net, Tél. 06.26.38.09.82

Consultez aussi, après la présentation du voyage, les conditions générales et informations complémentaires...

 


Présentation du voyage

vendredi 3 avril : Vol Paris - Kathmandu

Départ de l’aéroport Roissy – Charles de Gaulle à 22 h
Vol Air India pour Kathmandu via New Delhi

samedi 4 : Arrivée Kathmandu à 14 h 55

Transfert à l’hôtel, près du stūpa de Bodhnath au centre de Kathmandu. Temps libre.
Dîner et nuit à l’hôtel Shambaling

2014-15_Voyage-Tibet_Carte-Khatmandu.jpg

dimanche 5 : Ville de Kathmandu

Le matin, visite de Pashupâtinath, lieu de crémation hindou sur les rives de la rivière Bagmati.
Puis visite du grand stūpa de Bodhnath (photo ci-dessous, à gauche) et des monastères tibétains alentours.
Déjeuner sur place. Visite du monastère Nyingma de Sechen (photo ci-dessous, à droite) et/ou de Seto Gumba (le monastère blanc) ; rencontre possible avec un lama.
Temps libre et retour à l’hôtel, situé à quelques minutes à pied. Dîner et nuit à l’hôtel Shambaling

2014-15_Voyage-Tibet_05.04.bodnath.JPG      2014-15_Voyage-Tibet_05.04.temple près Bodnath.JPG

lundi 6 : Vallée de Kathmandu

Le matin, visite de Pharphing (photo ci-dessous, à gauche) qui abrite plusieurs monastères bouddhistes, puis visite de Patan (photo ci-dessous, à droite), cité néwar bouddhiste et son musée considéré comme le plus beau d’Asie. Patan, l'une des trois anciennes cités impériales de la vallée, est connue pour ses artisans fondeurs de statues.
Déjeuner au Musée. Fin d’après-midi, temps libre à Patan. Dîner et nuit à l’hôtel Shambaling

2014-15_Voyage-Tibet_06.04.pharping.JPG     2014-15_Voyage-Tibet_06.04.patan.JPG

2014-15_Voyage-Tibet_07.04.tibet museum-2.JPGmardi 7 : Vol sur Lhassa

Après le petit déjeuner, transfert à l’aéroport et vol sur Gongkar, à 60 km de Lhassa (1 h de vol).
En suivant le Brahmapoutre (ou Tsangpo) et la Kyichu, route vers Lhassa (1 h 30).
Arrivée à l’hôtel vers 15 h 30. Visite du Tibetan Museum (photo ci-contre).
Dîner et nuit à l’hotel Gangyen**** ou similaire, dans le Bharkor, le vieux quartier commerçant de Lhassa.
 

mercredi 8 : Ville de Lhassa

2014-15_Voyage-Tibet_08.04.potala.JPG

Le matin, visite du Potala (photo ci-dessus), résidence des Dalaï-lamas et centre du pouvoir spirituel et temporel du Tibet. Déjeuner en ville puis visite du temple du Jokhang (photo ci-dessous), le plus ancien temple du Tibet, dont la fondation date du Roi Songtsen Gampo (VIIe siècle).
Fin d’après-midi libre. Dîner dans un restaurant tibétain en ville. Nuit à l’hôtel Gangyen**** ou similaire.

2014-15_Voyage-Tibet_08.04.jokhang.JPG

2014-15_Voyage-Tibet_09.04.drak yerpa-1.JPGjeudi 9 : Ville de Lhassa et Drak Yerpa

Le matin, visite du grand monastère-université de Drepung (photo ci-dessous, à gauche), qui abritait à son apogée plus de 7 000 moines. Excursion l’après-midi à Drak Yerpa (photo ci-contre, à droite).
Nuit à l’hôtel Gangyen**** ou similaire.

2014-15_Voyage-Tibet_09.04.drepung temple.JPG    

vendredi 10 : Mindroling, Samyé, Tsétang

Départ matinal. Route sur Mindroling (photo ci-dessous, à gauche), le plus important monastère Nyingmapa du Tibet central dans un cadre champêtre. Traversant le Brahmapoutre ou Tsangpo, visite de Samyé (photo ci-dessous, à droite), premier monastère du Tibet construit sur les plans d’un maṇḍala. Déjeuner sur place.

2014-15_Voyage-Tibet_10.04.mindroling.JPG     2014-15_Voyage-Tibet_10.04.samye-2.JPG

Courte route vers Tsétang (1 h) en suivant le Brahmapoutre (photo ci-dessous).
Nuit à l’hôtel Tsétang ****

2014-15_Voyage-Tibet_10.04.brahmapoutre.JPG

samedi 11 : Ralung et Gyantsé

Belle route vers Gyantsé. Quittant la vallée du Brahmapoutre, traversée du col du Khampala (4.900 m.), nous longeons le Lac Yamdrok ("Turquoise" - photo ci-dessous, à gauche). En route, visite de Ralung (photo ci-dessous, à droite) dans un cadre exceptionnel, qui fut le centre de l’école Drukpa Kagyu et n’a toujours pas été reconstruit.
Nuit et dîner au Yeti*** Hotel à Gyantsé.

2014-15_Voyage-Tibet_11.04.lac yamdrok.JPG     2014-15_Voyage-Tibet_11.04.ralung.JPG

dimanche 12 : Gyantsé

Visite de Gyantsé (photo ci-dessous, à gauche), le monastère, le stūpa du Kumbum (photo ci-dessous, à droite) et la petite ville qui a gardé une ambiance tibétaine authentique. Après-midi libre pour se reposer ou se balader dans les ruelles de la vieille ville.
Nuit et dîner au Yeti*** Hotel

2014-15_Voyage-Tibet_12.04.intérieur  temple gyantsé.JPG     2014-15_Voyage-Tibet_12.04.gyantsé kumbum.JPG

lundi 13 : Shalu, Sakya

Nous traverserons la grosse ville de Shigatsé avant de rejoindre Sakya (photo ci-dessous, à gauche) par les hauts plateaux et le col du Tsola (5.000 m.). En route visite de Shalu (photo ci-dessous, à droite), qui abrite des textes de l’érudit Büton.

2014-15_Voyage-Tibet_13.04.sakya nord.JPG        2014-15_Voyage-Tibet_13.04.zhalu.JPG

Sakya fut le centre de l’école sakyapa qui dirigea politiquement le Tibet central au XIVe siècle. Le monastère et le village ont gardé cette ambiance austère de l’influence mongole qui soutint le trône des patriarches sakyapa.
Route (4 h 30) – Nuit à l’hôtel Manasarovar à Sakya.

2014-15_Voyage-Tibet_14.04.everest vu de tingri.jpg

mardi 14 : Langkhor, Tingri

4 heures de route pour rejoindre la plaine de Tingri, d’où la vue sur l’Everest et la chaîne himalayenne est extraordinaire (photo ci-dessus). En fin d’après-midi balade dans le vieux village de Langkhor (photos ci-dessous), qui fut le lieu de résidence de Dampa Sangyé (XIIe s.).
Nuit en Guest-house précaire à Tingri.

2014-15_Voyage-Tibet_14.04.langkhor.JPG        2014-15_Voyage-Tibet_14.04.offrande à langkhor.JPG

mercredi 15 : route vers Kathmandu

Grosse journée de route pour traverser les grands himalayas (col à 5.000 m.), descendre dans les gorges de la Bhote Khosi (photo ci-dessous, à gauche) jusqu’à Zangmou et Kodari, la frontière népalaise (1.200 m. - photo ci-dessous, à droite).

2014-15_Voyage-Tibet_15.04.gorges bhote khosi.JPG      2014-15_Voyage-Tibet_15.04.pont de l'amitié, frontière.JPG

Après formalités, route vers Kathmandu en retrouvant la végétation luxuriante, les villages accrochés et les cultures en terrasses.
Arrivée à Kathmandu vers 18 h. Nuit au Shambaling à Bodhnath
Note : 2 h de décalage horaire entre le Tibet et le Népal

2014-15_Voyage-Tibet_16.04.bhaktapur.JPGjeudi 16 : Kathmandu, Bhaktapur

Le matin, visite de Bhaktapur (photo ci-contre, à droite, et ci-dessous), autre cité médiévale et piétonne pour comprendre la vie quotidienne des Newars, dont la culture est toujours extrêmement forte et vivante.

2014-15_Voyage-Tibet_16.04.bhaktapur 2.JPG

Déjeuner sur place puis temps libre dans le vieux Kathmandu.
Dîner dans le quartier de Thamel et retour à l’hôtel.

2014-15_Voyage-Tibet_17.04.swayambunath.JPGvendredi 17 : Ville de Kathmandu

Visite matinale du stūpa de Swayambhunath (photo ci-contre, à gauche) et du monastère Bönpo avoisinant de Triten Norbutse (photo ci-dessous), puis journée libre à Kathmandu.
Dîner d’adieu. Nuit au Shambaling.

2014-15_Voyage-Tibet_17.04.triten-norbutse-1.JPG

samedi 18 : Vol Kathmandu - Paris

Transfert à 7 h vers l’aéroport pour le vol international Air India de 11 h 25, escale à New Delhi, arrivée à Roissy à 18 h 55, le samedi 18.

 


Conditions générales

1. Passeport et Visa

passeport valide pour une durée d’au moins 6 mois après votre voyage.

Visa Tibet : faits par nos soins à Kathmandu
Visa Népal : vous pouvez l’obtenir auprès au consulat du Népal en France (http://www.consulat-nepal.org/) , ou le prendre sur place pour 30 $ + 2 photos d’identité de type passeport (attention à ne pas oublier les photos !!!)
"Base Camp Trekking and Expédition" ne peut être tenu responsable si vous n’avez pu vous procurer ces documents en temps et en heure.<

2. Assurance voyage

L’assurance multirisque (Annulation, rapatriement, perte de bagage) est comprise dans le prix du voyage.
Vous trouverez le contrat dans un document à part, à télécharger en haut de page.

3. De la réservation

Les réservations seront lancées dès réception de votre fiche de renseignement remplie et signée (transmise à notre agence par l'IEB) et du versement d’un acompte de 50% du prix total du séjour. Ces deux conditions remplies tiennent lieu de confirmation ferme et définitive.
NB : La date limite pour  les réservations a été fixée au 30 janvier. Si  la confirmation intervient dans les 90  jours avant le début du séjour, la totalité de la somme doit être versée en guise d’acompte.

4. Du paiement

Acomptes et soldes s’effectuent par virement bancaire.
Le solde doit être versé au plus tard 45 jours avant la date d’arrivée.
Les frais bancaires de la transaction s'il y a lieu sont à votre charge.

5. De l’annulation

Une assurance annulation est comprise dans le prix du voyage.
Vous trouverez le contrat dans un document à part, à télécharger en haut de page.

En cas d’annulation du séjour par "Base Camp Trekking and Expédition", pour raisons climatiques, politiques ou autres, un voyage alternatif équivalent vous sera proposé ou vous serez  remboursé des sommes versées et frais d’annulation aérien, hors frais bancaires.

6. De la responsabilité

Dans le cas d’un changement de programme opéré par l’agence, sans justifications extérieures (climats, vols domestiques, hôtels, etc.) et engendrant des modifications notables de services, "Base camp Trekking & Expédition" devra vous fournir des services compensatoires ou rembourser les participants pour les services non fournis ou pour des services fournis sous un standard inférieur à celui initialement prévu.
Il est entendu que l'agence opère en tant qu’intermédiaire entre vous et les différents prestataires de services (compagnies aériennes, hôtels, opérateurs de transports...). Elle ne pourra donc en aucun cas être tenue pour responsable en cas de défaillance d’une des tierces parties et ne saurait être confondue avec ces divers prestataires de services, qui, en tout état de cause, conservent leur propre responsabilité.
Dans le cas où ces défaillances entraineraient une révision du programme, "Base Camp Trekking and Expédition" s’engage à trouver une alternative pour y palier, mais ne peut en aucun cas être tenue responsable des coûts supplémentaires éventuellement engendrés.

Du fait du client
Il est acquis que toute action de votre part qui s’inscrit hors du cadre du programme validé par les deux parties ne peut en aucun cas être soumis à la responsabilité de "Base Camp Trekking and Expédition" et que les frais engendrés sont à votre charge.Il en va de même si une modification du programme survient suite à une faute ou un manque de diligence de votre part.

De la force majeure
La survenance d’un élément extérieur, imprévisible et insurmontable constituant un cas de force majeure et entrainant une modification du programme établi, ne peut en aucun cas engager la responsabilité de "Base Camp Trekking and Expédition".
En ce qui concerne les vols domestiques, "Base Camp Trekking and Expédition" vous garantie la réservation des vols. Toutefois,les conditions climatiquespeuvent entrainer des annulations de vol. "Base camp trekking & Expédition" s’engage à faire son maximum pour trouver une solution alternative mais ne prend pas en charge le surcoût éventuellement engendré (location de jeep, hélicoptère, etc.) Mais en cas d’annulation d’un vol domestique, vous serez remboursé du prix de ce vol.
En cas de simple retard d’un vol domestique, et si vous choisissez une solution alternative pour effectuer le trajet, le vol vous sera remboursé, mais les frais engendrés pour tout autre moyen de transport restent à votre charge.

Sachez que "Base Camp Trekking and Expédition" s’engage à fournir les meilleures prestations possibles et à respecter le programme établi. En cas d’impossibilité, nous mettons tout en œuvre pour trouver une solution de rechange et essayons de trouver un compromis qui satisfasse les deux parties pour votre séjour en Himalaya soit une vraie réussite.

Informations complémentaires

Vols internationaux :
La meilleure connexion sur Kathmandu en termes de durée de vol est Air India (AI) qui est la seule compagnie qui permet de voler le matin et arriver à Paris le même jour en fin d’après-midi  lors du retour.

Climat en avril :
Kathmandu : température moyenne entre 13 et 29°, avec de gros écarts selon les jours et les moments de la journée, peu de précipitations.
Lhassa : température moyenne entre 2 et 17°, temps sec.
Il est recommandé d’emporter des vêtements chauds (anorak, polaires…) et faciles à retirer quand le soleil chauffe l’après-midi.

Acclimatation :
Kathmandu est à 1.350 m d’altitude, Lhassa et la vallée du Brahmapoutre sont à 3.500 m d’altitude.
À 3.500 m d’altitude, risque de ressentir « le mal des montagnes » : oppression pour respirer, surtout allongé, vertiges, sommeil difficile, mal de tête, nausées. Les guides connaissent bien les symptômes et les traitements - bouteille d’oxygène disponible si nécessaire. Il est recommandé de prendre conseil auprès de votre médecin traitant qui pourra vous prescrire d’autres médications ou déconseiller ce voyage en fonction de votre état de santé.

Hôtels :
- Kathmandu :  Hôtel Shambaling***, hôtel tout neuf (2012) à 3 mn à pied du stūpa de Bodhnath pour aller et venir à sa guise (6 nuits).
- Lhassa : Gang Gyen****, hôtel dans la vieille ville, à 5 mn à pied du Bharkhor.
- Tsétang Hotel****, le meilleur hôtel de la ville,
- Gyangtsé : Yeti*** Hotel tenu par des amis tibétains, qui sont aussi nos réceptifs sur place, nous sommes reçus "comme à la maison"...
- Sakya : Manasarovar : hôtel récent et correct mais qui manque de maintenance... peu de choix !
- Tingri : le Snow Leopard est une guest-house précaire - mais c’est le "prix à payer" pour pouvoir dormir au pied de la chaîne himalayenne avec une vue hors du commun...!

Nourriture :
Panachage entre nourriture occidentale et locale, entre repas dans les hôtels et "en ville". Dîner d’adieu le dernier soir à Kathmandu.

Photos :
Dans certains sites et temples, lors des visites, un supplément peut être demandé pour l’utilisation d’appareil photos (soit un forfait par site, soit un forfait par "chapelle", soit une somme par photo….). C’est un sujet très épineux pour les autorités de la région autonome, sur certains sites et selon le climat politique, parfois, cela peut être tout simplement interdit !

Boissons :
1 bouteille d’eau minérale par jour et par personne dans le bus. Les boissons pendant les repas ne sont pas incluses. Pour votre consommation quotidienne (consommer de l’eau du robinet ou se laver les dents avec l’eau du robinet est dangereux pour votre santé), "Base Camp Trek" préconise les gourdes individuelles et le Micropure pour limiter la pollution au plastique qui est un vrai fléau en Himalaya (et ailleurs !).

Attention !
Les photos du Dalaï-lama et le drapeau tibétain sont strictement interdits au Tibet, certains guides et livres sont sur liste noire, comme le guide "Lonely planet", et seront automatiquement confisqués au contrôle de douane. Tous les ouvrages sont feuilletés et fouillés, évitez donc d’emporter les ouvrages du Dalaï-lama, et tout livre qui fait référence au Tibet libre…

 

Cours en visio-conférence

L’IEB offre à ses adhérents la possibilité de suivre la plupart de ses cours en visio-conférence, via Internet, en direct et en différé.
 
visio-conference.jpg

 



Ce qu'il faut savoir sur la visio-conférence
 

  • Seuls certains cours dispensés dans nos locaux du CIDEB sont accessibles en visio-conférence [voir la liste ci-dessous].
    Certains des cours donnés au CIDEB, nécessitant une participation orale immédiate des étudiants, ne peuvent être proposés en visio-conférence, même couplé avec un "chat".
    Les cours donnés au "Forum 104" ne peuvent être accessibles en visio-conférence en direct et ne sont donc proposés qu'en visio-conférence en différé.

     
  • Le visionnage en direct est possible depuis un ordinateur (Mac ou Pc) ou une tablette numérique (Ipad ou Androïd), via le lecteur multimédia "VLC" (téléchargeable gratuitement : https://www.videolan.org/vlc/).
    L'accès au visionnage en direct est géré par un code d'accès qui est transmis aux étudiants inscrits au moment de leur inscription.
     
  • Les cours sont accessibles pour le visionnage en différé via un simple navigateur Internet, y compris l'enregistrement des séances ayant eu lieu avant la date d'inscription.
    Les enregistrements de la totalité des séances d'un cycle de cours restent disponibles durant toute l'année universitaire (jusqu'au 30 septembre).
    L'accès aux enregistrements est géré par un code d'accès personnel qui vous sera indiqué lors de la validation de votre inscription.
     
  • Les inscriptions se font pour un cycle entier (pas d'inscription possible "à la séance").
    On peut s'inscrire pour un accès en direct et en différé ou pour un accès seulement en différé.
     
  • Selon les cours, une interaction avec l'enseignant est possible, durant la diffusion en direct, via un chat disponible sur notre site.
    D'autre part, tous les cours sont liés à un Forum de discussion spécifique afin de permettre questions et échanges en différé.
     
  • Le visionnage en direct nécessite une connexion Internet de qualité minimale (ADSL2+, VDSL2 ou fibre optique) pour que le flux vidéo soit correct et régulier. Vérifier auprès de votre opérateur que vous disposez d'un débit minimum de 2 Mégabits par seconde.
    L'IEB ne peut être tenue pour responsable des coupures éventuelles de diffusion dues à des interruptions de service des opérateurs.
    Le visionnage en différé nécessite une connexion Internet de qualité moindre que le visionnage en direct. Vous pouvez effectuer un test de votre connexion en visionnant, dès maintenant, deux extraits de cours actuellement disponibles [voir ci-dessous]
     

Cours concernés par cette offre :


Visionner deux extraits de cours

Vous pouvez visionner deux extraits de cours (30 minutes), dans les conditions qui seront celles du visionnage en différé :

=> Ateliers - cycle 4 : "Initiation à la langue japonaise" (14 octobre 2013)
=> Introduction générale - cycle 2 : "Les écoles historiques" (19 octobre 2013)

Pour visionner ces vidéos, téléchargez la notice (format PDF) et suivez les instructions.

Pour s'inscrire :

Renseigner le bulletin d'inscription en ligne

Votre règlement sera à envoyer, ultérieurement, à :

Institut d'Etudes Bouddhiques - inscriptions
29 boulevard Edgar-Quinet
75014 Paris - France

Un règlement par virement bancaire est possible
Les coordonnées utiles vous seront fournies lors de l'envoir du courriel
de confirmation de bonne réception de votre demande d'inscription

 


Conditions d’inscription

L’accès aux cours de l’Institut d’Etudes Bouddhiques en « visio-conférence » est soumis aux règlementations en vigueur sur le droit à la propriété intellectuelle.
Les vidéos mises à disposition des adhérents inscrits à la transmission par « visio-conférence » sont destinées à être visualisées en temps réel ou en différé, et ne peuvent être téléchargées.
L’inscription ne peut être effectuée qu’à titre strictement individuel et exclut tout partage, immédiat ou différé, des documents audio et vidéo mis à disposition de la personne inscrite.
Tout contrevenant à ces conditions s’expose à des poursuites.

 

Autres activités

Présentation

En plus des cycles de cours donnés dans les locaux du CIDEB ou du Forum 104, l'IEB propose diverses autres activités à ses adhérents.
 

Des "Ateliers" proposent d'aborder un thème, une oeuvre, une notion, etc. de manière interactive, par l'étude de documents et la réflexion personnelle, sous la direction d'un enseignant ou d'un collaborateur de l'IEB. Proposés sous forme de cycles, ils peuvent se dérouler sur quelques semaines ou l'année universitaire entière, d'octobre à juin.
=> en savoir plus

Des "Journées"... pour découvrir le bouddhisme ou approfondir une notion-clé !
=> en savoir plus

Des "Soirées" de rencontre et de découverte autour d'une personnalité, d'un livre, de documents visuels... Même si certaines personnalités invitées seront parfois amenés à présenter leur expérience ou leur travail lors d'un court exposé d'introduction, ces soirées privilégieront avant tout l'échange et les questions-réponses !
=> en savoir plus

Ces activités ont lieu au CIDEB (29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris)

Un voyage culturel : l'IEB invite ses adhérents, en avril 2015, à découvrir "Népal et Tibet : le bouddhisme en Himalaya",  grâce à un périple reliant Lhassa à Katmandu, via les principaux sites historiques des différentes écoles du bouddhisme tibétain.
=> en savoir plus

 

 

Intervenants

Enseignants et collaborateurs de l'IEB
intervenant durant l'année 2014-2015

Pour une liste exhaustive de nos intervenants, consulter la page : "Fonctionnement"
 

ARGUILLERE_Stephane.jpgStéphane Arguillère, agrégé de philosophie, docteur H.D.R. en histoire des religions, maître de conférences à l'INALCO (Langues' O), est spécialiste de l'histoire de la pensée tibétaine. Interprète tibétain-français pendant une vingtaine d'années au service de nombreux lamas de toutes les branches du bouddhisme ainsi que de la religion Bön, il a traduit et présenté plusieurs textes importants dans l'histoire de la philosophie au Tibet, dont L’Opalescent Joyau de Mipham (XIXe siècle) ou La Distinction des vues de Gorampa (XVe siècle) ; sa thèse de doctorat sur Longchenpa (XIVe siècle) a été publiée sous le titre : Profusion de la vaste sphère et il est également l'auteur d'un Vocabulaire du bouddhisme, qui met en lumière les principaux nœuds problématiques du bouddhisme tardif (notamment tibétain).
 

ARY_Elijah.jpg
Elijah Ary est chargé de cours à l’ESSEC et à l’Institut Catholique de Paris. Docteur en Sciences des Religions de Harvard University, il est spécialiste de la biographie bouddhiste tibétaine et de l’histoire ancienne de l’école guélougpa (dge lugs pa). Il est aussi l’un des seuls occidentaux a avoir été officiellement identifié comme réincarnation (tulku) et a reçu une éducation traditionnelle au monastère de Sera, de l'âge de 14 à 20 ans.
 

BALBIR-Nalini.jpgNalini Balbir est professeur en études indiennes à l'Université Paris-3 où elle enseigne principalement le sanskrit, et directeur d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, section Sciences historiques et philologiques, où elle enseigne le pāli et les autres langues moyen-indiennes qui ont servi à l'expression du jaïnisme. Elle est l'auteur de plusieurs livres, dont, récemment, le volume « Sanskrit » de la collection Assimil, et de nombreux articles portant sur le pāli et le jaïnisme. La liste complète peut être consultée sur le site de l'UMR 7528 Mondes iranien et indien, dont elle est membre.
 

BELLOCQ_Guy.jpg
Guy Bellocq, après des études de droit et un doctorat en psychologie, cet alpiniste amateur s'est passionné pour la culture des populations hymalayiennes, le bouddhisme et son iconographie et visite régulièrement, depuis 1984, le Népal, le Tibet, le Bhoutan et le Pakistan. Il a soutenu en 2012 une thèse de doctorat en histoire de l'art sur "Les peintures murales des roues de la vie dans le monde indien et himalayen".
 

BONARDEL_Francoise.jpgFrançoise Bonardel, administratrice et enseignante de l’Institut d’Etudes Bouddhiques, agrégée de philosophie, Docteur d'Etat, est Professeur à l'Université de Paris I-Sorbonne où elle enseigne la Philosophie des religions. Disciple de Kalou Rinpotché, elle en a traduit les Instructions fondamentales (éd. A. Michel, 1990). Auteur de plusieurs ouvrages sur la tradition hermétique et alchimique, elle est l’auteur d’un essai sur Bouddhisme et philosophie (éd. L'Harmattan, 2008) et de Bouddhisme tantrique et alchimie  (à paraître chez Dervy, 2012).
 

CARRE_patrick.jpegPatrick Carré, Docteur en chinois, est aussi romancier et traducteur du chinois, du tibétain et de l’anglais. Un temps directeur de la collection « Trésors du bouddhisme » chez Fayard, il a lui-même traduit de grands soûtra du bouddhisme chinois et des traités tantriques tibétains. Il vient de publier la traduction du Soûtra de l’Entrée dans la dimension absolue (Gaṇḍavyūha), du cycle de l'Avataṃsakasūtra, à partir de plusieurs versions chinoise, sanskrite et tibétaine, illustrée de photos des bas-reliefs du candi de Borobudur (Java) qui retracent les péripéties initiatiques du jeune Sudhana, le personnage central du soûtra.
 

CORNU_Philippe.jpgPhilippe Cornu, président de l'Institut d'Etudes Bouddhiques, a étudié le bouddhisme sous la direction de maîtres du bouddhisme tibétain,  nyingma et bönpo. Il est docteur en ethnologie religieuse, chargé de cours à l’INALCO et professeur à l'Université catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique). Il a publié plusieurs traductions de textes fondamentaux du bouddhisme : La Magie de l'Eveil, de Padmasambhava (Seuil, Points-Sagesses), Le Miroir du coeur, Tantra du Dzogchen (Le Seuil, Points-Sagesses) ou le Soûtra du Diamant (Fayard, coll. Trésors du bouddhisme, 2001). Il est aussi l'auteur de La Terre du Bouddha (Seuil, 2005) et du Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme (Seuil, 2001-2006).
 

CROMBE_Veronique.jpgVéronique Crombé est historienne de l’art, conférencière de la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais. Eu égard à ses spécialités, elle travaille au Musée Guimet mais également au musée d’Orsay. Elle est aussi traductrice diplômée de l’université de Londres.  Bouddhiste dans la tradition theravada, elle a publié Le Bouddha (éd. Desclée de Brouwer, 2000) et a participé à la rédaction d’ouvrages collectifs sur le bouddhisme, l’art bouddhique et l’art asiatique, notamment dans le cadre de la collection « Ce qu’en disent les religions » (éditions de l’Atelier).
 

COURAU_Thierry-Marie.jpgFrère Thierry-Marie Courau a d’abord étudié le bouddhisme indo-tibétain. Son travail doctoral a été consacré aux trois Bhavanakrama de Kamalashila. Il est le prêtre référent auprès des autorités bouddhiques délégué par la Conférence des évêques de France. Il participe depuis de nombreuses années au groupe de recherche sur le bouddhisme contemporain constitué de chercheurs de l’IEB et de l’ICP. Il enseigne sur les fondements du bouddhisme et sur la théologie du dialogue à l’Institut de Science et de Théologie des Religions du Theologicum (Faculté de Théologie) de l’Institut catholique de Paris, dont il est le doyen. Il a récemment dirigé un ouvrage collectif sur les fêtes religieuses : Thierry-Marie Courau & Henri de La Hougue (éds.), Rites, fêtes et célébrations de l'humanité, Paris, Bayard, 2012.
 

DUCOR_Jerome.jpgJérôme Ducor, administrateur et enseignant de l’Institut d’Etudes Bouddhiques, titulaire d'une licence en histoire des religions et d'un doctorat en japonologie à l'Université de Genève, est privat-docent de l'Université de Lausanne et conservateur du département Asie du Musée d'ethnographie de la Ville de Genève. Il a reçu l'ordination et la maîtrise de l'école bouddhique Jodo-Shinshu ("Ecole Vraie de la Terre Pure") et est responsible du temple Shingyoji de Genève. Il a notamment publié : Shinran. Un réformateur bouddhiste dans le Japon médiéval (Infolio, 2008), Le Sûtra d'Amida prêché par le Buddha (Société Suisse-Asie, Peter Lang, 1998). Il est aussi le responsable du site Internet "Buddhist Resources Links Pitaka".
 

FAURE_Bernard.jpgBernard Faure enseigne l'histoire des religions d'Asie à l'Université Columbia (USA). Il est spécialiste du bouddhisme sino-japonais (en particulier le Zen et le bouddhisme tantrique) dans ses rapports avec la religion japonaise. Il a publié un certain nombre d'ouvrages en anglais et en français, parmi lesquels Sexualités bouddhiques (Flammarion), Bouddhismes, philosophies et religions (Flammarion), L'imaginaire Zen (Les Belles Lettres), Bouddhisme et violence (Le Cavalier Bleu). Il termine actuellement une série de quatre livres sur les dieux et les démons du Japon médiéval et travaille sur deux autres projets : "Les Vies indiennes et sino-japonaises du Buddha", et "Bouddhisme, philosophie de l'esprit et neurosciences".
 

FOREST_Alain.jpgAlain Forest, professeur émérite de l’Université Paris-Diderot (Histoire et civilisation des sociétés er pays d’Asie du Sud-Est), s’est particulièrement intéressé aux contacts religieux entre Occident et sociétés de l’Indochine (Les missionnaires français au Tonkin et au Siam – 17ème-18ème siècle. Analyse comparée d’un relatif succès et d’un total échec, 3 vols, L’Harmattan) et aux expressions religieuses du Cambodge (Le culte des génies protecteurs neak ta au Cambodge, Paris, L’Harmattan ; Histoire religieuse du Cambodge, Paris, les Indes Savantes, 2012).
 

GOTIN_Michel-1.jpgMichel Gotin exerce son métier de photo-reporter depuis plus de trente ans dans le monde entier. Après avoir collaboré régulièrement à de nombreux magazines français et bon nombre de publications aux Etats-Unis, il privilégie actuellement l’édition. Ayant découvert le bouddhisme lors d'un séjour au Népal, il s’est efforcé d’en retracer le cheminement et le développement en parcourant tous les pays concernés par l’enseignement du Buddha afin aussi d’en saisir les nuances en fonction des pratiques locales, du caractère des populations et de leurs origines ethniques. Il a publié chez Merehurst Press London « Nepal », en collaboration avec Pierre Toutain, et aux éditions du Seuil « La Terre du Bouddha », avec Philippe Cornu, puis « Birmanie », avec Christine Jordis.
 

GUILLON_Emmanuel.jpgEmmanuel Guillon a suivi à Paris des études de philosophie, de littérature française, d'ethnologie et de birman, avant de s'engager dans une carrière d’enseignant de français et de philosophie en Birmanie puis au Vietnam. De retour en France, Docteur d’état en études orientales en 1978, il s’impose comme le spécialiste de la culture Môn, dont il enseignera la langue à l’INALCO de 2000 à 2009 ; il est aussi le fondateur, en 1994, de la Société des Amis du Champa Ancien et a publié plusieurs ouvrages tels que L'armée de Mâra au pied de l'Ananda, Pagan, Birmanie (Recherches sur les Civilisations, 1985), Les philosophies Bouddhistes (PUF, Que Sais-je n°303, 1997),  Art et Archéologie du Champa, une ancienne civilisation du Viet Nam (Picard, 2011).
 

Jigme-Thrinle-Gyatso.jpgJigmé Thrinlé Gyatso est né en 1967 à La Roche-sur-Yon, en Vendée. Bien qu’ayant entrepris des études de musique, philosophie et psychologie, il a pris les voeux de novice en 1987. Il a vécu pendant 13 ans en communauté au centre bouddhique Drukpa Kargyü de Plouray, où il a reçu et pratiqué les enseignements du Kagyü Khenchen Yéshé Tcheudar Rinpoché (grand abbé et docteur en philosophie bouddhique) et où il a rempli les fonctions de secrétaire, président et traducteur. De 1994 à 2004 il a reçu la transmission du Mahamoudra auprès de Shri Sengdrak Rinpoché (grand Maître de méditation) à la frontière népalo-tibétaine.
 

LOVEDAY_Helen.jpg
Helen Loveday, Docteur ès lettres de l’Université d’Oxford, est chargée de cours en art asiatique à l’Université de Genève et conservateur à la Fondation Baur, Musée des Arts d’Extrême-Orient, à Genève ; elle est également pratiquante dans l’école Jôdô-Shinshû (« Ecole vraie de la Terre Pure ») au temple Shingyoji de Genève. Elle a récemment publié, avec Jérôme Ducor, Le Sûtra des Contemplations du Buddha Vie-infinie, Essai d’interprétation textuelle et iconographique (Brepols, 2011).

MAGNIN-Paul.jpg
Paul Magnin, directeur de recherche émérite au CNRS, est auteur et co-auteur de plusieurs ouvrages et articles scientifiques ou de vulgarisation sur le bouddhisme, notamment chinois. Il poursuit actuellement ses recherches sur la question de Dieu et sur les enjeux de la méditation dans le bouddhisme et le christianisme. Il est professeur invité à la faculté jésuite de philosophie, Centre Sèvres à Paris.
 

MASSET_Daniele.jpgDanièle Masset étudie les textes bouddhiques indiens et tibétains dans une perspective comparatiste et littéraire. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée Les Oiseaux ne laissent pas de traces dans le ciel : images de la nature dans la poésie bouddhique indo-tibétaine (à paraître) et a déjà publié les Stances des Thera (Pali Text Society, 2011) et les Stances des Therī (Pali Text Society, 2005), qui constituent la première traduction en français des Theragāthā et des Therīgāthā, poèmes du Canon pāli attribués aux moines et nonnes exemplaires des premiers temps du bouddhisme. Elle prépare actuellement une traduction de la première biographie complète du Bouddha : le Buddhacarita d’Aśvaghoṣa (début du IIe siècle de notre ère).

ORIMO_Yoko.jpg
Yoko Orimo est diplômée de l’École Pratique des Hautes Études, spécialiste du « Shôbôgenzô » de Dogen ; elle a publié notamment « Une galette en tableau de riz » (Gabyo) et « Le Shôbôgenzô de Maître Dôgen » (éd. Sully). Elle travaille depuis de nombreuses années à la traduction intégrale de cette oeuvre dont les premiers volumes ont été publiés depuis 2005 (éditions Sully).
 

POGGI_Colette.jpgColette Poggi mène des recherches sur le Shivaïsme du Cachemire et les philosophies de l’Inde depuis le début de ses études universitaires, à Aix-en-Provence, en 1977. Docteur en philosophie indienne, en 1986, elle a mis en évidence les correspondances entre le plus grand philosophe du Cachemire médiéval, Abhinavagupta, et l’un des plus éminents mystiques et théologiens d’Occident, Maître Eckhart. elle enseigne le sanskrit ainsi que la pensée religieuse et philosophique de l’Inde dans divers centres universitaires et culturels. Elle poursuit depuis plus de trente ans des recherches sur le Shivaïsme du Cachemire, et se consacre à la traduction de ses textes-sources.
 

ROSSIGNOL_Bertrand.JPGBertrand Rossignol, diplômé de l’école doctorale d’histoire des religions de Paris IV-Sorbonne, est docteur en histoire des religions et anthropologie religieuse (bouddhisme japonais) de l’École Pratique des Hautes Études. Après des études de japonais à l’université Paris 7, il a été étudiant-chercheur à l’université de Tokyo, dans la section des études bouddhiques. Ses recherches portent sur la tradition du Sūtra du Lotus (Tendai et Nichiren), et plus particulièrement sur l’exégèse nichirénienne de ce Sūtra.
 

TROTIGNON_Dominique.jpgDominique Trotignon : Directeur et enseignant de l'Institut d'Etudes Bouddhiques, président de l’Association Bouddhique Theravâda « Vivekârâma », il effectue des travaux de synthèse et de réflexion sur le bouddhisme ancien de l'Inde et le Theravâda d'Asie du Sud-est, ainsi que sur l'implantation du bouddhisme en France. Il est l'auteur de La mort est-elle une fin ? (Salvator) et a aussi participé à la rédaction de plusieurs ouvrages collectifs, dont ceux de la collection « Ce qu'en disent les religions » sur le thème Les femmes et les religions et La Création du Monde (éd. de l'Atelier, 2002 et 2004).
 

VINSON_Eric.jpgEric Vinson, administrateur et enseignant de l'Institut d'Etudes Bouddhiques, journaliste de formation et ancien rédacteur-en-chef du magazine chrétien "Prier", il a enseigné également le fait religieux à Sciences Po et travaille actuellement à l'Institut Catholique de Paris. De mère chrétienne et de père bouddhiste, il participe depuis longtemps au dialogue inter-religieux, notamment au sein du GRBC de l'Institut Catholique de Paris, avec plusieurs enseignants de l'IEB.