Bouddhistes et musulmans en guerre ?

Bangladesh : des milliers de musulmans incendient des temples bouddhistes

Ramu-Bangladesh-1.jpgUne foule estimée à 25.000 personnes, de confession musulmane, a mis le feu à des temples bouddhistes et des dizaines de maisons dans la ville de Ramu et ses villages environnants, à environ 350 kilomètres de la capitale Dacca, dimanche 30 septembre, après la publication sur Facebook d'une photo jugée offensante à leur égard. Ce type de violence est extrêmement rare au Bangladesh, où les bouddhistes ne représentent qu’à peine 1% de la population vivant pour l'essentiel dans les districts du sud-est, près de la frontière avec la Birmanie. Ces dernières semaines, des dizaines de milliers de musulmans sont descendus dans la rue au Bangladesh pour protester contre le film islamophobe qui a provoqué de violentes manifestations dans le monde musulman. Rappelons aussi que les musulmans Rakhine de Birmanie ont fait récemment l’objet de violences de la part de la population majoritairement bouddhiste et que nombre d’entre eux se sont réfugiés au Bangladesh…  Autant d’événements qui rendent la situation particulièrement explosive dans cette région d’Asie du sud.

=> sur le site de "La Croix" : http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/Bangladesh

 

Vague de xénophobie antimusulmane chez les moines birmans

Anti-Royingha-manif.jpg

En 2007, les moines birmans organisaient les plus importantes manifestations contre la junte militaire qu’ait connues le pays. Cinq ans plus tard, ce n’est plus pour dénoncer les atteintes aux libertés qu’ils se mobilisent, mais pour soutenir le gouvernement dans politique d’expulsion de la minorité musulmane des Rohingyas.
Les Rohingyas vivent le long de la frontière avec le Bangladesh et sont appelés en Birmanie les "Bengalis", du nom de leur dialecte. Apatrides, ils ne font pas partie des minorités ethniques reconnues par le pouvoir, alors que les activistes rohingyas clament leur appartenance historique à la Birmanie. L’ONU estime leur nombre à 800 000 et les considère comme l’une des minorités les plus persécutées de la planète. Depuis le regain de violence, sur Internet, les Birmans abreuvent les Rohingyas d'insultes, les qualifiant d’"immigrés illégaux", d’"envahisseurs" et de "terroristes".

=> sur le site de "France 24" : http://observers.france24.com/fr/