Femmes tibétaines

Schneider-Nicola_Renoncement-au-feminin.jpgLe renoncement au féminin. Couvents et nonnes dans le bouddhisme tibétain – Nicola Schneider – éd. Presses Universitaires de Paris X – 25,00 €

Au Tibet, nombreuses sont les femmes qui entrent de nos jours encore au monastère pour vouer leur vie à la pratique des enseignements du Bouddha. Quelles sont les raisons qui motivent ce choix ? Qu'est-ce qui pousse ces femmes à rompre avec leurs devoirs d'alliance et de reproduction ? Quelles perspectives les attirent ?
À partir d'une recherche ethnologique menée dans deux monastères de femmes, l'un situé au Tibet même et l'autre parmi la communauté expatriée en Inde, cet ouvrage décrit et analyse la façon dont les nonnes conçoivent, construisent et organisent leur vie communautaire. Partant des faits historiques, il rend compte des importants changements qui ont accompagné le renouveau monastique féminin depuis la fin de la Révolution culturelle. En effet, le statut social des nonnes s'est amélioré considérablement ces dernières années. Mais certains défis restent encore à résoudre.

Nicola Schneider est ethnologue, docteure ès lettres de l'université Paris Ouest Nanterre la Défense. Spécialiste du bouddhisme tibétain, et plus particulièrement de la place de la femme dans la société et le monachisme, elle enseigne l'anthropologie et la sociologie à l’Université de Poitiers et est intervenante en « ethnologie du Tibet » à l’INALCO.
Nicola Schneider nous fait le grand plaisir de participer à notre programme 2013-14 dans lequel elle interviendra pour évoquer L’ordination des femmes dans le bouddhisme contemporain.

achetez-chez-amazon.gif    Le renoncement au féminin. Couvents et nonnes dans le bouddhisme tibétain